Déconfinement : comment va se passer la réouverture des collèges en Occitanie ?

Le 18 mai, les collèges devront être prêts pour accueillir les élèves de 6ème et 5ème. Chaque établissement doit s'organiser pour assurer la sécurité sanitaire des enfants et du personnel, en conformité avec un protocole sanitaire édicté par le Ministère de l'Education Nationale. Pas simple.
Le retour au collège
Le retour au collège © Maxppp
Le 18 mai, les collèges vont rouvrir après un mois et demi de confinement. Le gouvernement a décidé que dans un premier temps, ce seront les élèves de 6ème et 5ème qui rentreraient. Le Ministère de l'Education Nationale a édicté un protocole sanitaire pour cadrer les modalités de réouverture, dans le respect de la doctrine sanitaire. Depuis le début de semaine, les principaux des collèges ont communiqué auprès des parents pour préciser les conditions d'accueil des enfants. Ils s'activent aussi dans leur établissement pour que tout soit prêt dans une dizaine de jours.

Des principes applicables dans tous les collèges


Le document du Ministère de l'Education fait 53 pages. Et selon Georges Méric, président du Conseil Départemental de Haute-Garonne : "S'y adapter pose problème". Il l'a dit au préfet et au recteur de l'académie d'Occitanie. Car depuis que les collectivités territoriales, les services déconcentrés de l’Etat et les personnels de directions ont reçu ce document, ils se demandent bien comment ils vont pouvoir le mettre en pratique sur le terrain. 

De l'accueil des élèves, aux aménagement nécessaires des salles de classe en passant par la circulation des élèves et la désinfection des locaux, tout est mentionné. Avec 5 principes généraux :
  1. Le maintien de la distanciation physique
  2. L’application des gestes barrière
  3. La limitation du brassage des élèves
  4. L'assurance d'un nettoyage et d'une désinfection des locaux et matériels
  5. La communication, l'information et la formation
En application de ces principes généraux, il peut y avoir des nuances. Exemple avec 2 collèges : celui de Saint-Jean (31) et celui de Rabastens (81)
 

Les collèges vont accueillir en moyenne 1/4 des élèves

Depuis qu'il a reçu ce protocole, Daniel Palpacuer est très occupé. Le principal du collège Romain Rolland de Saint-Jean (Haute-Garonne) va accueillir les 56 sixièmes et les 48 cinquièmes dans le strict respect du protocole. D'habitude, ils sont plus nombreux. Mais pour respecter les distances sanitaires d'un mètre entre collégiens, seulement le 1/4 des effectifs sera accepté. Chaque établissement doit évaluer sa capacité d'accueil. "Mon collège a presque 50 ans, les salles sont assez petites. Donc il y aura entre 7 et 9 élèves par classes." C'est exactement la même jauge évaluée par le Conseil Départemental de Haute-Garonne pour ses 96 établissements publics. Au collège Gambetta de Rabastens (Tarn) la capacité est portée à 15 par classes.

Mais alors, comment s'opère la sélection? A Rabastens, il n'y a pas de consignes. Tout est basé sur le volontariat des parents et les services administratifs les appellent pour savoir s'ils enverront ou pas leurs enfants. A Saint-Jean, il y a des élèves prioritaires selon 2 catégories : 
- Les enfants des personnels indispensables au fonctionnement de la nation". Le chef d'établissement espère avoir la communication d'une liste des professions concernées, car sinon, il sera difficile de prioriser.
- Les élèves qui ont des difficultés avec l'enseignement à distance.
Les familles en question sont contactées pour savoir si ces élèves sont volontaires pour revenir. "Sachant aussi que nous allons accepter tous les élèves qui ont une notification MDPH (Maison départementale des Personnes Handicapées)". 

Pour Georges Méric qui tenait une conférence de presse ce mercredi 6 mai, le scepticisme est de mise : "Nous sommes dans l'improvisation et l'impréparation de la part du gouvernement. J'ai écrit au préfet et au recteur pour indiquer ce qui me pose problème. Notamment la distanciation physique dans les classes. Nous les avons mesurées et ce n'est pas 15 élèves que nous pouvons accepter mais entre 7 et 9. Même chose pour les transports scolaires qui ne pourront prendre qu'un quart des enfants pour respecter les règles."

Sur place, il va falloir s'organiser

Tout d'abord, il revient aux parents de prendre la température de leurs enfants avant le départ à l'école; elle devra être inférieure à 37,8°C. Ensuite, lavage des mains, port du masque (obligatoire au collège mais pas à l'élémentaire), circulation des élèves, désinfection des locaux et du matériel, tout est règlementé. Au collège de Saint-Jean, des masques seront disponibles pour les enfants qui arriveraient sans. Au collège Gambetta de Rabastens, il n'est pas prévu d'en fournir. De toute façon, ceux qui prennent les transports scolaires doivent en porter un dans le bus. 
Evidemment, ces règles s'appliquent au personnel de ces établissements. 

Sur place, un marquage au sol est fait pour faire respecter les distances. Les cours de récréation sont délimitées, des barrières de plexiglas peuvent être posées à l'accueil ou à la vie scolaire... Un sens de circulation est prévu et le flux des élèves doit être réparti. Ainsi à Saint-Jean, les 6èmes arrivent à 8H15 et les 5èmes à 9H10. Les enfants ne font qu'une demi-journée la première semaine, et repartent après la cantine, pour tester le dispositif. Si tout fonctionne bien, ils seront accueillis toute la journée à partir du 25 mai. A Rabastens, c'est une journée entière qui est prévue.
Collège Romain Rolland de Saint-Jean (31)
Collège Romain Rolland de Saint-Jean (31) © Site du collège

Le principe "une classe une salle"

Quand les enfants arrivent, ils montent directement en classe et il est recommandé qu'ils y restent. Ce sont les professeurs et non les élèves qui bougent. Ce qui peut poser problèmes pour certains enseignements qui nécessitent du matériel spécifique. Problématique également la désinfection de ce matériel et l'éventuel partage entre plusieurs élèves. 
Autres questions : quels seront les professeurs présents et quid de la continuité pédagogique pour les élèves qui ne viendraient pas ? Là aussi il y a des différences. A Saint-Jean, les professeurs assurent 1 à 2 journées et demies en présentiel. Le reste du temps ils continuent l'enseignement à distance pour les élèves qui restent chez eux. A Rabastens, un maximum de cours est concentré sur la journée. Pour respecter la capacité d'accueil de 15 élèves par classes, la semaine peut être coupée en 2 pour éviter qu'il y ait trop d'élèves (une partie de la classe en début de semaine, l'autre partie ensuite). Mais dans ce collège tarnais, la continuité pédagogique ne sera plus assurée à partir du 18 mai : il n'y aura plus d'enseignement à distance pour les élèves.

Une cantine elle aussi limitée

Comme pour les classes, l'accès à la cantine sera jaugé, sachant que le protocole sanitaire gouvernemental prévoit de privilégier une prise des repas en salle de classe. A Saint-Jean comme à Rabastens, la cantine va fonctionner. A Saint-Jean c'est un agent de l'établissement qui va déposer la nourriture sur le plateau de l'élève afin d'éviter tout contact avec les aliments. Evidemment, il faudra se laver les mains avant et après le repas. Tout en gardant les distances : pas plus d'un élève par table. 

Il reviendra au recteur et aux DASEN de vérifier si toutes ces consignes sont bien appliquées. Les infirmières et autres psychologues de l'Education Nationale seront présentes. En cas de symptomes avérés, les enfants seront renvoyés chez eux et les autorités sanitaires prévenus. A l'heure actuelle les parents se montrent assez frileux pour renvoyer leurs enfants au collège. Ce qui devrait faciliter la tâche des enseignants et de tout le personnel des collèges. Quant aux 4èmes et 3èmes, le gouvernement n'a pas encore fixée de date précise de reprise.
 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
archives archives archives archives archives archives archives