Déconfinement du 11 mai : plus d'attestation de sortie sauf à plus de 100 km, les Toulousains réagissent à cette annonce

Les Français n'auront plus besoin d'une attestation de sortie à partir du 11 mai, sauf s'ils s'éloignent à plus de 100 kilomètres de chez eux. C'est l'une des annonces du Premier ministre Edouard Philippe. Les Toulousains réagissent.

Edouard Philippe a annoncé à l'Assemblée nationale ce mardi 28 avril à 15h le plan de déconfinement du gouvernement prévu pour le 11 mai.
Edouard Philippe a annoncé à l'Assemblée nationale ce mardi 28 avril à 15h le plan de déconfinement du gouvernement prévu pour le 11 mai. © David NIVIERE / AFP
Un déconfinement possible le 11 mai avait été évoqué par Emmanuel Macron lors de son discours du 13 avril dernier. Ce 28 avril, à 15h, c'est Edouard Philippe qui a pris la parole à l'Assemblée nationale pour annoncer un plan de déconfinement. "Un déconfinement aussi attendu que risqué et redouté" a précisé le Premier ministre. Pendant près d'une heure, il a dévoilé des mesures qui devraient être mise en place dès le 11 mai. Edouard Philippe a notamment annoncé qu'il serait possible de sortir de chez soi sans attestation de déplacement jusqu'alors obligatoire, à condition de ne pas se déplacer à plus de 100 kilomètres. Les Toulousains réagissent à cette annonce, et ils ne sont pas tous d'accord.


Empêcher les régions les plus contaminées de se rendre en Occitanie


Il sera de nouveau possible de circuler librement sans attestation, sauf pour les déplacements à plus de 100 kilomètres du domicile, possibles pour un motif impérieux, familial ou professionnel.

En entendant cette phrase prononcée par le Premier ministre, Inès ne peut s'empêcher de penser que le gouvernement n'est pas assez sévère : "si on n'a plus besoin d'attestation au quotidien, les gens vont trop sortir, et le virus va se propager encore plus". Et de reprendre au sujet de l'attestation obligatoire à partir de 100 kilomètres d'éloignement : "cela permettra au moins aux Parisiens ne pas venir dans le sud. Certaines zones sont plus touchées que d'autres. Il y aura sûrement un déconfinement, mais c'est pas les vacances non plus !" Même son de cloche pour Julien, "jusqu'ici on ne fait pas partie des départements les plus touchés, ça permettra au moins que les gens ne viennent pas contaminer davantage par ici".


La question du respect des règles 

Nadine, elle, se demande si les Français ne vont pas profiter de ce déconfinement pour sortir davantage, et se déplacer davantage. "Surtout dans les zones où le virus circule moins", s'interroge Carine. Elle avoue : 

Je doute du civisme des gens.

Et si les Français se déplacent à nouveau loin de leur domicile, que ce soit dans leur résidence secondaire ou autre, le virus pourrait se propager davantage et toucher les zones peu touchées jusqu'à présent. Le Premier ministre a plusieurs fois rappelé que le déconfinement ne se ferait pas de la même manière selon les départements. "Le risque d'une seconde vague" qui engendrerait "un reconfinement", "est un risque sérieux", a remarqué Edouard Philippe. 


"Autant ne pas déconfiner du tout !"

"De toute façon, on n'a pas le choix". Magalie et Nicolas étaient justement en train de parler de cette annonce entre eux. Ils résument leur pensée : "soit on déconfine complètement, soit pas du tout. Là, ça va quasiment rien changer. On va juste faire des économies de papier, c'est tout!". Pour eux, l'attestation obligatoire à plus de 100 kilomètres est inutile. 

Pas sans utilité mais trop limitée. C'est ce que pensent Théo et Adrien. Les deux Toulousains se questionnent : "comment font les familles de la région qui comptaient se retrouver, Foix c'est déjà presque trop loin!". La région Occitanie est vaste. Théo et Adrien s'accordent à penser que cette mesure devrait s'appliquer aux départements, ou aux régions. "On ne devrait pas parler en kilomètres, mais en territoires" pensent-il.

Dans son allocution, Edouard Philippe a parlé d'un triptyque : "protéger, tester, isoler". L'Assemblée nationale doit encore voter les mesures annoncées par le gouvernement.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société politique
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter