Cet article date de plus de 4 ans

A la découverte des secrets de la violette, fleur emblème de Toulouse

Emblème de Toulouse, la violette n'a pas livré tous ses secrets. Devenue une image de marque pour la ville, elle a pourtant quasiment disparu des cultures, bien que quelques passionnés tentent de la relancer. Connaissez-vous tout sur cette fleur, symbole de la modestie et de l'amour caché ?
Quel est le point commun entre les joueurs du TFC et l'académie des jeux floraux ? Une couleur, et une fleur...La violette !
La violette de Toulouse arrive en fin de floraison. D'où vient-elle, comment la reconnaître, est-elle encore cultivée dans la ville rose ? Toutes les réponses dans notre feuilleton.

Episode 1 : Histoire de la violette


Déjà présente au Moyen-Age, la violette est aussi citée par le poète Pierre Goudouli au XVIIème siècle. Mais la légende préférée des Toulousains, veut qu'un soldat piémontais ait offert une violette de Parme à sa dulcinée, qui habitait à Saint-Jory. C'est ainsi que la violette serait arrivée à Toulouse. En 1908, la coopérative des producteurs de violette et d'oignon est créée. Elle comptera jusqu'à 600 producteurs.
Au plus fort de la production, on exporte jusqu'à 600 000 bouquets par an. Les fleurs sont soigneusement empaquetées pour leur envoi en France en Europe et au-delà.
Dans les années 50, plusieurs hivers rigoureux s'enchaînent. La fleur, qui souffre d'une dégénérescence génétique se raréfie, notamment car les producteurs abandonnent au fur et à mesure la culture. 

durée de la vidéo: 02 min 41
Episode 1 : Histoire de la violette


Episode 2 : Le conservatoire de la violette 


Suite à la disparition progressive de la violette de Toulouse, un sanctuaire est créé. Au cœur des serres municipales, un espace est entièrement dédié à la violette. Une partie est entièrement consacré à la violette de Toulouse. 1000 plants sont cultivés pour orner les massifs de la ville. Ses caractéristiques : sa fleur est double et elle ne peut se reproduire seule, son bouturage est nécessaire pour sa reproduction. Contrairement à l'idée reçue : la violette qui pousse toute seule dans votre jardin n'est pas une violette de Toulouse.
Créé en 1998 suite au don d'un particulier, M. Barandou, le conservatoire abrite une collection de 120 variétés de violettes du monde entier. Des violettes pas toujours violettes, puisque certaines ont des fleurs blanches, oranges, etc... Chaque variété est répertoriée au Conservatoire des collections végétales spécialisées.

durée de la vidéo: 02 min 29
Episode 2 : Le conservatoire de la violette


Episode 3 : La relance de la culture de la violette


Il y a encore 50 ans, la violette se cultivait en plein champ. Sa récolte se faisait au sol, le dos courbé. Au fil du temps et des bouturages, la plante a peu à peu dégénérée. Dans les années 80, une équipe de scientifiques décide de la relancer sur deux aspects : d'abord de passer d'une culture en plein champ à une culture en pot, hors-sol. Puis de régénérer la plante grâce aux plants in vitro. A grande échelle, le test sera un échec.
Des années plus tard, un groupement d'horticulteurs de la région veut relancer la culture de la violette de Toulouse. Dans le Tarn-et-Garonne à Malause, 2500 plants ont été produits, et les fleuristes en redemandent.
durée de la vidéo: 02 min 38
Episode 3 : La relance de la culture de la violette

Episode 4 : La violette, une image de marque 


Il y a 23 ans, Hélène Vié crée le jardin d'Elen, une société spécialisée dans la vente de produits autour de la violette. Il y a quelques années, elle décide de s'installer dans une ancienne maison de maraîchers, au coeur même du quartier historique de production de la violette à Lalande. Dans ses propres serres, Hélène Vié cultive aussi, en hors-sol, 3000 pots chaque année. Ces pots serviront à la vente, dont une partie se fait par internet. Comme pour les produits dérivés. Chaque année, de nouveaux produits sont créés pour satisfaire la demande des clients qui veulent ramener un souvenir original de la ville rose. La violette reste un symbole, que la mairie travaille, chaque année en organisant la fête de la violette avec tous les acteurs locaux, et notamment la célèbre Confrérie de la violette de Toulouse, présidée par Mme Calas.
durée de la vidéo: 02 min 41
Episode 4 : La violette, une image de marque


Episode 5 : La violette cristallisée depuis 200 ans à Toulouse


C'est un bonbon qui a traversé les siècles. Depuis 1818, la violette se cristallise à Toulouse. Née du rapprochement de deux confiseurs, Bonnet et Nègre, Candiflor fait de la violette son produit phare. Un succès qui tient dans une méthode de fabrication, quasiment inchangée depuis deux siècles. La matière première reste la fleur fraîche. 5 tonnes sont transformées chaque année, dans le nouveau site de l'entreprise à Quint-Fonsegrives. Toujours de la violette double, qui vient de France mais plus de Toulouse où elle n'est plus produite. Le détail de la recette est un secret bien gardé...
durée de la vidéo: 02 min 45
Episode 5 : La violette cristallisée depuis 200 ans à Toulouse

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
patrimoine culture environnement société