Laisse étrangleuse, euthanasies "artisanales" dans une SPA : une enquête ouverte pour actes de cruauté et maltraitance

INFO FRANCE 3 - Une enquête judiciaire visant le refuge SPA de Toulouse (Haute-Garonne) a été ouverte pour des agissements particulièrement graves. Plusieurs signalements ont été faits pour des cas d'animaux frappés, privés de soins et parfois euthanasiés illégalement. Des salariés appellent à la démission du bureau de la présidence.

Ce sont des faits particulièrement atroces qui sont reprochés à l'Association Toulousaine de Protection des Animaux (SPA). De nombreux agissements d'une rare violence ont été portés à la connaissance du Pôle environnement et maltraitance animale de la Cour d'appel de Toulouse. Une enquête judiciaire a été ouverte. Elle vise notamment un salarié, le président et la vice-présidente de l'association. 

Laisse étrangleuse, euthanasies "artisanales"

Selon nos informations, les enquêteurs ont recueilli de très nombreux témoignages évoquant des sévices graves, des actes de cruauté sur les animaux placés comme des coups, des pendaisons avec des laisses étrangleuses réalisées par un salarié couvert par la hiérarchie.

L'épais dossier fait aussi état de mauvais traitements envers des animaux placés dans des box insalubres, des privations de soins, et pire que tout, "des pratiques d'expériences scientifiques sur les animaux contraires à la réglementation".

Des salariés seraient contraints de pratiquer des euthanasies "artisanales" sans la présence obligatoire d'un vétérinaire et réalisées parfois à même le sol.

Lors de la dernière épidémie de maladie de Carré, nous avons dû fermer le refuge. Les bénévoles étaient renvoyés chez eux. Plusieurs chiens ont été euthanasiés à ce moment là, juste pour faire de la place dans la fourrière.

Un salarié de l'Association Toulousaine de Protection des Animaux

Un autre témoignage évoque un incident d'une rare violence survenu début janvier dans les locaux du refuge, devant une personne venue adopter un chien et plusieurs bénévoles. "Le salarié est allé chercher le chien, un petit Staff, dans son box. Il a enroulé la laisse autour de son cou. Le chien s'est mis à mordre la laisse, ça a énervé le salarié qui l'a soulevé de toutes ses forces. Le chien était en train de s'étrangler. Puis il l’a poussé violemment par terre. Si on n'était pas intervenu pour lui dire d'arrêter, l'animal serait mort." raconte encore choqué ce témoin de la scène. 

L'adoptant a porté plainte contre ce salarié. Un homme, réputé violent, qui serait protégé par l'équipe dirigeante de la SPA locale.

Une enquête sanitaire 

En parallèle, la direction départementale de la protection des populations est en train de mener une enquête sanitaire dans les locaux de l'Association Toulousaine de Protection des Animaux.

Pour Céline Gardel, policière et présidente de l'association Les 4 pattounes, il y a urgence. "Il y a énormément de dysfonctionnements dans ce refuge. Je viens d'apprendre pas plus tard qu'hier qu'ils viennent d'euthanasier un chien, Olaf, alors que les bénévoles qui le promènent depuis son arrivée en 2021, affirment qu’il est adorable, il avait été retiré à son propriétaire qui le maltraitait. C'est la double peine pour ces animaux en détresse. L’enquête dira le fin mot. Pour l’heure j’invite à garder une juste distance pour ne pas se laisser envahir par un émotionnel contreproductif"

Céline Gardel poursuit : "Il y a 5 ans, une enquête avait été ouverte portant sur les comptes de la SPA, jugés opaques, le mode d'élection de la présidence et un conflit d'intérêts entre le président du refuge toulousain et la vétérinaire de la SPA qui n'est autre que sa propre fille. Une enquête qui n'a pas abouti malheureusement".

Selon nos informations, le conseil de l'ordre des vétérinaires de Haute-Garonne a été saisi des agissements de cette professionnelle. 

Des salariés réclament la démission de l'équipe dirigeante

En poste depuis de nombreuses années, le président et sa vice-présidente sont mis en cause par plusieurs salariés qui réclament leurs démissions. Le représentant CGT du refuge SPA de Toulouse évoque un climat de travail délétère, des insultes et des menaces.

Le droit du travail n'est pas respecté. Le dialogue est totalement rompu. Il y a un mépris total de ces gens. Il y a beaucoup de personnel en burn-out. Les animaux vivent dans des conditions déplorables. Il faut que ces personnes partent pour le bien des animaux et des salariés.

Adrien, représentant CGT de l'Association Toulousaine de Protection des Animaux

Une manifestation ce samedi devant le refuge de la SPA

Les salariés et les bénévoles appellent à un rassemblement ce samedi à 14 heures, devant le refuge de l'Association Toulousaine de Protection des Animaux situé impasse Marie Laurencin à Toulouse. Ils réclament la démission du président et de la vice-présidente. Contactée, la présidence  refuse toujours de s'exprimer. Le refuge était fermé ce samedi.