Déserts médicaux : une étude de l'association des maires ruraux de France tire le signal d'alarme

Publié le
Écrit par Sardain Claire .

Il y a urgence. Il faudrait plus de 6.000 généralistes dans les bassins de vie ruraux pour atteindre l'objectif d'1 médecin pour 1.000 habitants. C'est ce que révèle la dernière étude de l'association des maires ruraux de France.

L'étude publiée ce vendredi 30 septembre en partenariat avec France Bleu fait l'effet d'une petite bombe. Le manque de médecins s'est aggravé dans les zones rurales. Il y a urgence à trouver des solutions. 

6000 généralistes manquants

Pour atteindre l'objectif raisonnable d'un généraliste pour 1000 habitants, il faudrait recruter quelques 6000 médecins dans les zones de désert médical. L'étude propose une nouvelle approche géographique de cette question sanitaire, en calculant la densité de médecins au km² et non par rapport au nombre d'habitants. Le résultat est sans appel : les 2/3 des bassins de vie ruraux manquent de médecins généralistes.

Dans ces territoires aujourd'hui, un médecin généraliste couvre en moyenne 6 fois plus de surface qu'un confrère en zone urbaine. Et avec le vieillissement de la profession, beaucoup partent en retraite sans être remplacés. Un véritable casse-tête pour les patients. 

Fortes disparités en ex Midi-Pyrénées

Avec Toulouse et sa métropole qui concentre une grande partie de la population, l'ex région Midi-Pyrénées illustre bien ces disparités entre les territoires. 

Si de très nombreux médecins sont installés à Toulouse, dans sa banlieue et dans les chefs-lieux départementaux, plus à l'intérieur des terres, l'affaire se complique. Certaines communes remuent ciel et terre pour attirer un médecin. "80 % du territoire en Occitanie est en tension médicale", soulignait en juin 2022 Vincent Bounes, vice-président de la Région en charge de la santé.

La solution vient parfois de l'ouverture de maisons de santé ou de centres départementaux de santé, avec le regroupement de plusieurs professionnels et des aides à l'installation. 

"Ma santé, ma Région"

Face à cette pénurie, la Région a décidé de lancer son service public de santé en juin 2022.

200 professionnels, notamment des médecins généralistes, seront recrutés par le groupement, créé par l'entité régionale, dont une quarantaine rien que pour cette année. Les 2 premiers médecins salariés ont commencé à Sainte-Croix Volvestre en Ariège dès cet été.

Et les étudiants en médecine ?

L'État envisage également de faire contribuer les étudiants en médecine. Le projet de loi, qui sera présenté en conseil des ministres dans le cadre du projet de loi sur la sécurité sociale, prévoit de rallonger d'un an l'internat. Les médecins devront effectuer 10 ans et non plus 9 ans d'études. Le gouvernement souhaiteraient que ces futurs médecins fassent cette dernière année dans des déserts médicaux.

Une fausse bonne idée pour les étudiants. "En obligeant ou en incitant les médecins à s'installer dans des zones à faible densité, on ne règlera pas le problème, explique Nicolas Lunel, ancien représentant des étudiants en médecine de France. Il n'y a tout simplement pas assez de médecins en France et en attendant que de nouveaux soient formés, il vaudrait mieux partager certaines compétences avec les autres professionnels de santé pour libérer du temps à la médecine."

Développer le partage de compétences, l'idée a séduit aussi l'association des maires ruraux de France. Cette mesure figure dans la liste des propositions publiées ce vendredi 30 septembre 2022.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité