• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Deux candidats à l'élection du futur bâtonnier du barreau des avocats de Toulouse

© AFP
© AFP

Les 1500 avocats toulousains choisiront fin mars leur nouveau bâtonnier. Deux candidats sont en lice : Maître Christine Vaysse-Lacoste et Maître Manuel Furet. 

Par Fabrice Valery

Qui succèdera au binome actuel à la tête du barreau de Toulouse, le 4ème de France ? Pour prendre la suite de Maître Nathalie Dupont (bâtonnier) et Maître Erick Boyadjian (vice-bâtonnier), une chose est sûre : ce sera un homme ou une femme... mais cette fois pas de binome ! Les deux candidats ont en effet décidé de se présenter seuls, contrairement à l'élection précédente.

Les 1500 toulousains (le 4ème barreau de France) éliront donc leur nouveau bâtonnier le 27 mars prochain et devront choisir entre Maître Christine Vaysse-Lacoste et Maître Manuel Furet, tous deux actuellement membres du conseil de l'ordre. Deux avocats très connus dans leur profession mais de générations et de styles très différents.

"Je suis revenue au conseil de l'ordre en 2014, explique Maître Christine Vaysse-Lacoste (cabinet Vaysse-Lacoste-Axisa), parce que les choses ne se faisaient pas à mon goût. autant sur le plan local que national. Il y a trop de réformes qui nous tombent dessus, trop d'évolutions qui détournent les avocats de leur vocation première", poursuit cette spécialiste en droit de la famille, en droit social et patrimonial. Et puis je me suis prise au jeu. Alors cette fois, je me suis dit pourquoi pas moi ?"

Pour Manuel Furet (cabinet CLF), il faut au contraire "adapter le barreau de Toulouse à son époque, maîtriser le numérique sans le subir, s'adapter sans perdre notre ADN, ne pas avoir peur des nouveaux outils". "Si j'ai pris la décision de me présenter, explique-t-il, c'est à la suite de mon expérience de membre de l'ordre, pendant quatre mandats, et du travail accompli en commission : j'ai une vision transversale, moderne dans le bon sens du terme de l'utilité du barreau pour nos confrères, notamment les plus jeunes".

L'avocat, spécialisé en droit de l'immobilier, veut donc adapter le barreau de Toulouse à son temps tout en promouvant la déontologie, "qui n'est pas un frein à la modernité". Il prévoit aussi "plus de transparence dans le fonctionnement" et des réunions du conseil de l'ordre hors des murs, dans des lieux de vie pour montrer que les avocats sont en lien avec la société.

La priorité de Maître Christine Vaysse-Lacoste en cas de victoire, ce sera d'oeuvrer pour l'excellence. "C'est mon dada : je prône l'excellence et un barreau doit bénéficier pour cela d'une formation professionnelle de haut-niveau. Un trop grand nombre de mes confrères n'ont pas les moyens d'y accéder. Or, face à l'ubérisation de notre profession, ce qui va nous sauver c'est la compétence". 

Pas d'affiches, de meetings ou de distribution de tracts sur les marchés. Chez les avocats la campagne électorale se fait plus feutrée. Les candidats vont à la rencontre de leurs confrères. Un débat est pourtant prévu quelques jours avant le premier tour de scrutin.

Le nouveau bâtonnier du barreau des avocats de Toulouse sera élu fin mars (premier tour le 27, second le 29). Mais il ne prendra ses fonctions, pour deux ans, que le 1er janvier 2019. 


"Dis Papa, c'est quoi un bâtonnier ?"

Le Bâtonnier de l'Ordre est l'avocat qui est élu pour deux ans par l'assemblée générale des avocats inscrits au barreau du ressort de chaque Tribunal de grande instance. Il assure la présidence du Conseil de l'ordre. L'origine du mot "Bâtonnier" remonte au Moyen Age, car c'est lui qui était chargé de porter la hampe (barreau) de la bannière de la Confrérie de Saint Nicolas à laquelle appartenaient les avocats.

Le Bâtonnier a aussi la charge de tenter de résoudre les conflits qui peuvent opposer des avocats. Il préside l'Assemblée générale et le Conseil de l'ordre des avocats. Il désigne ceux de ses confrères qui doivent être commis d'office, notamment dans le cadre de l'Aide juridictionnelle. Il règle les incidents qui peuvent de produire entre les avocats et peut aussi réunir le Conseil de l'ordre quand celui ci doit se constituer en Conseil de discipline.

Il a aussi une fonction de représentation des avocats et de promotion du métier.

Sur le même sujet

[Episode 5] Santé : la guerre des ondes, l'Occitanie à la pointe du combat

Les + Lus