Deux militants écologistes condamnés à deux mois de prison avec sursis pour avoir interrompu un match de rugby

Les deux militants écologistes qui s'étaient accrochés au poteaux du stade Ernest Wallon le 5 novembre 2022 pour défendre la cause climatique ont été condamnés mercredi 10 mai 2023 à deux mois de prison avec sursis, deux ans d'interdiction de stade et 7188 euros d'amende pour interruption d'une compétition sportive et dégradation de matériel par le tribunal correctionnel de Toulouse.

A l'énoncé du délibéré, Erwann, 26 ans, et Jean, 28 ans, ont accusé le coup. Ces deux jeunes militants de Dernière Rénovation ont été reconnus coupables et condamnés mercredi 10 mai 2023 à deux mois de prison avec sursis et deux ans d'interdiction de stade par le tribunal correctionnel de Toulouse.

Ils s'étaient accrochés aux poteaux du stade Ernest Wallon

La justice leur reproche le 5 novembre 2022 de s'être illégalement introduits sur le terrain du stade Ernest Wallon en plein match entre le Stade Toulousain et le Stade français, d'avoir interrompu une compétition sportive et d'avoir dégradé du matériel sportif.

En effet ces militants écologistes s'étaient accrochés sur l'un des poteaux d'en-but pour alerter sur l'urgence climatique et dénoncer l'inaction du gouvernement en matière de rénovation énergétique. Une image qui avait fait le buzz sur les réseaux sociaux.

Une lourde peine

Ils sont aussi condamnés à payer une amende de 7188 euros à destination du Stade toulousain, une somme qui serait à la hauteur des travaux de réparation effectués sur l'en-but après leur passage. A la sortie du tribunal hier, accompagnés de nombreux soutiens, ils se sont dits déçus et surpris par la lourdeur de cette peine. 

Je n'excluais pas de la prison avec sursis mais je n'arrive pas à m'y résoudre. Je trouve ça un peu dur et je suis déçu au regard de la cause que nous défendons.

Erwann, militant Dernière Rénovation

Le climat, un péril grave et imminent

A la barre les deux avocates de ces militants avaient pourtant plaidé la relaxe. Selon elles, le réchauffement climatique représente un péril grave et imminent. Elles se sont appuyées sur l'art 122 alinéa 7 qui invoque l'état de nécessité pendant leurs plaidoiries

"Cet article considère que l'état de nécessité est un fait justificatif. Lorsqu'une infraction est commise pour éviter un péril grave et imminent sur les personnes ou les biens, l'infraction va être neutralisée, la personne ne peut pas être condamnée", explique Me Clémence Durand, avocate de Erwann.

"Un tribunal, pas un théâtre de revendications"

Des arguments qui n'ont pas convaincu la présidente du tribunal correctionnel de Toulouse. La juge s'est même agacée au début de l'audience face aux arguments écologistes "Ici c'est un tribunal et non un théâtre de revendications", dira-t-elle face à un témoin venu défendre la cause climatique de Erwann et Jean. 

Le directeur administratif du Stade toulousain responsable de la sécurité a aussi été appelé à témoigner. "Même si on partage leurs intentions, un match de rugby, le Stade toulousain ne doit pas être une tribune politique" , dira-t-il à la barre. "On a porté plainte, ce n'était pas de gaîté de coeur, mais nous avons des obligations de sécurité au sein de l'enceinte vis à vis des joueurs et du public", conclura-t-il.

Ils vont faire appel

Des arguments entendus par les deux militants qui ont d'ailleurs précisé pendant l'audience ne pas avoir voulu viser le Stade toulousain. Selon eux, les enjeux climatiques priment juste sur tout le reste. 

Ces actions de désobéissance civile demandent à la société et à la justice de se positionner. Est-ce qu'on protège ces citoyens qui s'engagent ? Des citoyens qui lancent l'alerte et qui font des pas dans des chemins non violents. Ces chemins paraissent légitimes au regard de l'urgence climatique à laquelle nous sommes confrontés.

Jean, militant Dernière Rénovation

Erwann et Jean ont donc finalement été reconnus coupables d'avoir interrompu une compétition sportive et dégradé du matériel sportif. Une décision décevante pour ces militants écologistes "bien éloignée des enjeux climatiques de demain" selon eux. Ils ont déjà prévu de faire appel de cette décision. 

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité