DIRECT. Réforme des retraites : feux de poubelles, face-à-face, lacrymogène, la situation dégénère à Toulouse

La manifestation s'est tendue à Toulouse avec la participation de black blocs dans le cortège. Les forces de l'ordre ont fait usage de canons à eau et des gaz lacrymogènes. En parallèle, plusieurs coupures sauvages d'électricité ont impactées 99 000 foyers.

A Toulouse (Haute-Garonne) et dans le reste de l’ex-Midi-Pyrénées, de nombreux points de blocages et manifestations sont annoncés en ce jeudi 23 mars pour protester contre la réforme des retraites.

La situation dégénère à Toulouse

Une centaine de manifestants se sont rassemblés devant le commissariat central de Toulouse afin de réclamer la libération des personnes interpellées lors de cette journée, comme le rapporte ce tweet du syndicat étudiant, le Poing Levé.

45 minutes plus tard, d'importants brasiers ont été allumés dans plusieurs rues du centre-ville :

Depuis 19h30, de petits groupes de manifestants ont allumé plusieurs feux, rue Bayard, en direction de la gare Matabiau, comme le montre cette vidéo d'Adrien Marchand. Ces poubelles incendiées ont été par la suite éteintes par les pompiers.

durée de la vidéo : 00h00mn07s
Depuis le début de soirée le face-à-face à Toulouse entre forces de l'ordre et manifestants s'est déplacé du côté de la gare Matabiau, rue Bayard. ©Adrien Marchand - FTV

Les affrontement se poursuivent sur les Ramblas. L'air est saturé de gaz lacrymogènes. 

Comme le montre cette capture d'écran réalisée par le journaliste Kévin Figuier, un avion a durant une bonne partie de ce jeudi 23 mars survolé le centre-ville, surement pour surveiller les évènements de cette journée de mobilisation.

De nombreux affrontements sont en cours à Toulouse du côté de la place Jeanne D'arc et de Jean Jaurès.  

Canons à eau et gaz lacrymo à Toulouse

durée de la vidéo : 00h00mn47s
Affrontements à Toulouse lors de la manifestation du 23 mars ©Thierry Vivies/FTV

Les forces de l'ordre ont utilisé leurs canons à eau et leurs bombes lacrymogènes contre les manifestants et contre des black blocs qui s'étaient mêlés à la foule en amont du cortège.

durée de la vidéo : 00h00mn17s
Affrontements lors de la manifestation à Toulouse ©Thierry Vivies/FTV

Les black blocs s'en sont pris violemment aux forces de l'ordre, utilisant le mobiliser urbain et érigeant des barricades enflammées.  

Nouvelle mobilisation à 19h à Toulouse

Une nouvelle mobilisation est organisée ce jeudi soir à 19h devant le commissariat central de Toulouse. C'est la deuxième depuis mardi, depuis l'arrestation de plusieurs manifestants suite à un blocage filtrant à Blagnac. La mobilisation vise à réclamer leur libération. 

Coupure d'électricité et ligne A du métro à l'arrêt à Toulouse

Le courant a été coupé à plusieurs reprises en marge de la manifestation. 37 000 personnes ont été privées d'électricité vers 16h après un sabotage du poste de Saint-Cyprien. Les quartiers des Arènes, de Saint-Cyprien, Patte d'oie et la Cartoucherie ont été touchés. Le courant a été rétablie pour tous 1 heure plus tard. 

Peu avant 17h, c'est le poste de Jean Jaurès qui a subi une coupure sauvage. 62 000 personnes ont été privées d'électricité et la ligne A du métro a été coupée. Le courant a été rétabli une heure plus tard. 

Ces coupures n'ont, pour le moment, pas été revendiquées. Enedis les condamne et annonce porter plainte. 

La ligne A du métro est resté totalement à l'arrêt pendant plus 1 heure. La raison : "un défaut d'alimentation électrique causé par notre fournisseur", annonce Tisséo. La ligne B, elle, fonctionne normalement. 

La fréquence des trams est de 7 minutes entre Palais de Justice et Ancely. 14 minutes entre Ancely et l'aéroport, et entre Ancely et le MEETT.

La ligne Téléo fonctionne normalement. En revanche, la circulation des bus est fortement perturbée à cause de la manifestation. Les trajets en centre-ville sont suspendus.

150 000 personnes dans le cortège à Toulouse 


D'après les syndicats, 150 000 personnes défilent entre la place Saint-Cyprien et les boulevards toulousains.

durée de la vidéo : 00h00mn06s
Partis vers 15h de la place Saint-Cyprien, les manifestants sont en direction de l'esplanade François Mitterrand. ©Jordan Lasserre

Partis vers 15h de la place Saint-Cyprien, les manifestants sont en direction de l'esplanade François Mitterrand.

Près de 20 000 manifestants à Albi

A Albi, près de 22 000 personnes ont participé à la manifestation selon les syndicats.

 

Plusieurs milliers de participants à Rodez

A Rodez, le cortège a terminé sa marche devant la médecine du travail. Ils étaient 6 500 selon la police, 30 000 selon les syndicats. "Nous avions senti qu'il y avait à nouveau une forte mobilisation mais avoir 30 000 personnes dans les rues de Rodez c'est la plus grosse mobilisation depuis le début et c'est un chiffre qui est extrêmement élevé pour un département comme le nôtre donc ça montre à quel point le mécontentement est fort", réagit David Gistau, le secrétaire général de l'union départementale de l'Aveyron

Entre 7 500 et 24 000 participants annoncés à Tarbes

D'après les syndicats, 24 000 personnes manifestent contre la réforme des retraites à Tarbes. La police en compte 7 500, soit la participation la plus élevée dans les Hautes-Pyrénées depuis le début de la mobilisation. Le rendez-vous était donné à 11h place Verdun.

 

8 000 personnes dans les rues à Auch et à Castres

Les syndicats annoncent 8 000 personnes dans la rue à Auch ce jeudi matin. 8 000 manifestants également à Castres où le parcours s'est terminé devant le siège des labos Pierre Fabre (Péraudel). Une délégation a alors remis une lettre au nom de l'intersyndicale à la direction du groupe.  

Départ du cortège à Montauban

Le rendez-vous est fixé à 10h à Montauban pour le départ du cortège esplanade des Fontaines. Le parti LFI évoque "une marée humaine". 

Manifestation dès 10h dans le Lot

Dès 10h ce matin, une première manifestation s’est déroulée dans le calme à Biars-sur-Cère. 1 200 personnes y ont participé selon les syndicats, un chiffre en hausse par rapport au 15 mars.

Blocage des lycées de la région

Pas de cours ce jeudi au lycée Joséphine Baker à Toulouse. Une trentaine de jeunes bloquent l’accès à l’établissement. Ils envisagent de poursuivre leur blocus vendredi.

A Albi, les lycée Lapérouse et Bellevue sont aussi bloqués par les élèves. 

Idem en Aveyron devant les lycées Foch et Monteil à Rodez et Jean Vigo à Millau avec des blocages toujours en cours.

En Ariège, l’accès à Foix bloqué

Depuis 7h ce matin, les accès à la ville de Foix (Ariège) sont bloqués par les manifestants. Des feux de palettes ont été allumés sur les routes et des tracteurs interdisent le passage. 

Une dizaine de kilomètres de bouchons sur la nationale 20 dans le sens Pamiers-Foix. Tous les véhicules sont bloqués à l'exception des secours. Beaucoup ont dû se résoudre à rejoindre le centre-ville à pied. Le blocage est prévu jusqu'à 11h puis les accès seront rouvert pour la manifestation. 

L’accès à l’A75 bloqué par des Lozériens et Aveyronnais

Depuis ce matin, des opposants à la réforme venus de la Lozère et de l’Aveyron occupent le rond-point d’accès à l’autoroute A75 à hauteur de Séverac-le-Château.

Une déviation est mise en place mais les perturbations vont se poursuivre jusqu’à midi.

Circulation fortement perturbée à Toulouse

A Toulouse, pas de perturbations pour le métro mais la circulation des bus a été bloquée jusqu’à 8h30 ce matin.

Les 3 dépôts de la ville étaient occupés par des opposants à la réforme des retraites. Ils étaient une vingtaine au dépôt de bus de Langlade. 

Le trafic est fortement perturbé ce matin sur le périphérique toulousain. Un feu de poubelles a été allumé sur la rocade au niveau de l’échangeur de la Cépière.

Les bus bloqués au dépôt à Albi

A Albi (Tarn), le départ des bus est bloqué par une centaine de personnes. 

Professeurs et cheminots, à la retraite pour la plupart, occupent les accès du dépôt. “Nous ne voulons pas spolier les générations futures, nous ne voulons pas qu’elles vivent moins bien que les générations précédentes”, réagit Bernard Grau, retraité d’EDF. 

Didier Gomez, secrétaire régional Sud PTT ©David Bobin/FTV

Le blocage est prévu jusqu’en milieu de matinée.