Disparition de Rémy Julienne : le cascadeur avait légué ses archives à la Cinémathèque de Toulouse

Le cascadeur Rémy Julienne est mort à 90 ans, dans la nuit du jeudi 21 au vendredi 22 janvier, des suites du Covid-19. En 2017, le casse-cou le plus célèbre du cinéma français avait légué ses archives personnelles à la Cinémathèque de Toulouse.

Le cascadeur Rémy Julienne avait légué ses archives à la Cinémathèque de Toulouse en 2017.
Le cascadeur Rémy Julienne avait légué ses archives à la Cinémathèque de Toulouse en 2017. © MAXPPP

Il avait assisté les plus grand noms du cinéma français ou international pour des cascades de films devenus cultes : Gérard Oury (La Grande Vadrouille, les Aventures de Rabbi Jacob, Le Cerveau ), Claude Lelouch (L'aventure, c'est l'aventure) , François Truffaut (La nuit américaine), ou encore Sergio Leone (Il était une fois en Amérique). Doublure de Louis de Funès, de Jean-Paul Belmondo, d'Yves Montand, d'Alain Delon ou encore de Roger Moore pour la saga James Bond (Golden Eye), le cascadeur Rémy Julienne est décédé dans la nuit du jeudi 21 au vendredi 22 janvier, des suites du Covid-19.

En 2017, il lègue ses archives personnelles à la Cinémathèque de Toulouse

En 2017, Rémy Julienne était venu à Toulouse pour un événement : le legs de toutes ses archives à la Cinémathèque de la ville. Des dizaines de mètres de pellicules, des centaines de cassettes-vidéo avec des séquences d'essais,  des croquis, des dessins ou des story-boards permettant de comprendre comment cet ancien champion de France de moto-cross (1957) préparait ses cascades. Des prouesses dont il était le concepteur, mais qu'il réalisait en équipe.

Un legs pour garder la trace des coulisses de ses tournages

En offrant ce trésor aux archives de la Cinémathèque toulousaine, celui qui s'était inspiré de Charlie Chaplin, Mac Sennet ou Laurel et Hardy pour devenir une référence mondiale dans le 7ème art voulait montrer les coulisses de ces tournages à hauts risques, et rendre hommage aux équipes qui l'entouraient.

Ca me permet de faire voir l'envers du décor. Les gens qui ont oeuvré pour mes cascades sont des gens formidables dont on n'entend jamais parler, ce sont des hommes de l'ombre qui risquaient leurs vies pour les réaliser

Rémy Julienne, en 2017

 

Cinquante ans de carrière réunis dans des bobines et des cartons que ce natif de Cepoy (Loiret) était venu en personne remettre à la Cinémathèque, à charge pour elle de trier ces archives, de les cataloguer, de les numériser, afin de conserver ce précieux patrimoine du cinéma français.

Une équipe de France 3 avait suivi Rémy Julienne lors de cet événement (reportage Sophie Pointaire/Virginie Beaulieu)

 

Plus d'un millier de cascades dans plus de 400 films, la carrière de Rémy Julienne, surnommé par Claude Lelouch de "fou furieux raisonnable", est jonchée d'anecdotes et de scènes mythiques qui avaient rendu ce personnage populaire auprès du grand public. Petit flash-back avec cette compilation d'extraits réalisée par le festival du film policier de Liège.

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cinéma culture disparition