• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Toulouse : l'entreprise CLS surveille par satellites l'évolution des nappes de pétrole du Grande America

Le cargo Grande America a fait naufrage mardi 12 mars 2019, à 333 kilomètres au large de La Rochelle.
Le cargo Grande America a fait naufrage mardi 12 mars 2019, à 333 kilomètres au large de La Rochelle.

Mandatée par l'union européenne pour la surveillance maritime, CLS, installée à Toulouse, suit heure par heure l'évolution de la pollution au gasoil provoquée par l'incendie et le naufrage du cargo Grande America. 

Par Marie Martin

Alors que les opérations de lutte antipollution ont débuté vendredi 15 mars 2019 dans la zone du naufrage du navire italien Grande America, les nappes de gasoil de propulsion qui dérivent sont scrutées à la loupe par les ingénieurs de CLS.

Filiale du CNES et de l'Ifremer, l'entreprise toulousaine CLS (Collecte Localisation Satellites) a été missionnée pour cette surveillance. "Notre rôle est de suivre l'évolution en terme de pollution potentielle en milieu marin", explique Nadia Maaref, directrice de la surveillance maritime CLS, "voire d'arrivée d'échouage sur les plages françaises". 

Ce sont les satellite radar de la constellation Sentinelle A et B qui ont principalement été utilisés depuis le début du naufrage du Grande America. CLS, qui continue de surveiller samedi 16 mars, et probablement encore dans les trois jours à venir, fournit des rapports aux autorités en temps réel.

Alors que deux nappes avaient déjà été observées mercredi et jeudi, une nouvelle a été repérée vendredi lors d'un vol de surveillance. D'une longueur de 4,5 kilomètres et d'une largeur de 500 mètres, cette nouvelle nappe d'aspect compact et observée à proximité de la zone du naufrage, "semble confirmer qu'il y a toujours un rejet de fioul lourd depuis l'épave", qui repose à 4 600 mètres de profondeur, a indiqué la préfecture maritime dans un communiqué.

2 200 tonnes de gasoil de propulsion sont en effet prisonnières des soutes du navire italien et s'en échappent lentement. Les nappes dérivent à la surface, poussées par des vents de 20 à 30 kms/heure. 

Le Grande America transportait 365 conteneurs, dont 45 répertoriés comme contenant des matières dangereuses - parmi lesquelles une centaine de tonnes d'acide chlorhydrique et 70 autres d'acide sulfurique -, ainsi que plus de 2 000 véhicules. 
Il venait de Hambourg (Allemagne) et devait se rendre à Casablanca (Maroc) quand il a été touché par un incendie. Ses 27 membres d'équipage ont été secourus sains et saufs dans la nuit de dimanche à lundi et ramenés à Brest où une enquête a été ouverte. 
    
Les prévisions de vents et de courants font craindre une arrivée des nappes d'hydrocarbures sur les côtes de la Charente-Maritime et de la Gironde dans les prochains jours.
Les deux départements ont été placés en "pré-alerte" pour anticiper tout risque de pollution et les deux préfectures ont envoyé un courrier aux communes littorales pour les avertir des risques potentiels.
    
A La Rochelle, tractopelles, gants, produits absorbants et boudins flottants étaient prêts vendredi pour lutter contre un  éventuelle arrivée d'hydrocarbures, le maire et ancien skipper Jean-François Fountaine estimant que "la nappe arrivera mercredi, voire plus tard".

Voir le reportage de Thierry Sentous et Eric Coorevits, de France 3 Occitanie : 
 
L'entreprise toulousaine CLS surveille les nappes de pétrole du Grande America

Sur le même sujet

Montpellier : polémique et manifestation autour du projet de zone d'activité à Saint-Clément-de-Rivière

Les + Lus