Esclavagisme à Toulouse : le procès de familles bulgares reporté, des prévenus sont positifs au covid 19

Le procès de 18 personnes de nationalité bulgare qui comparaissaient ce lundi 18 janvier devant le tribunal correctionnel de Toulouse pour traite d’être humain et blanchiment, a été reporté. Plusieurs prévenus sont postifs au covid 19.

Le procès des 18 prévenus devait se tenir salle Mermoz à Toulouse.
Le procès des 18 prévenus devait se tenir salle Mermoz à Toulouse. © J.Meurin/FTV

Le procès des 18 Bulgares poursuivis pour traite d’être humain et blanchiment d'argent par le tribunal correctionnel de Toulouse s'est ouvert ce lundi 18 janvier 2021 avec deux heures de retard. Mais le tribunal a vite décidé de reporter l'audience au 1er février prochain.

A leurs arrivées à la prison de Seysses, cinq prévenus ont été testés positifs au covid 19 et un sixième est cas contact. Un des 18 prévenus a également fait un malaise à l'ouverture de l'audience.

Maître Alexandre Martin, avocat de plusieurs prévenus, a suggéré au tribunal de placer ses clients en quarantaine pour le prochain procès qui se tiendra le 1er février 2021.

Le procès de la mendicité

Sept femmes et onze hommes devaient être jugés ce 18 janvier 2021 pour mendicité forcée. Compte tenu du grand nombre de prévenus, le tribunal correctionnel de Toulouse était réuni, exceptionnellement, dans la salle Jean-Mermoz.

Les faits se sont déroulés entre décembre 2015 et juin 2018. 33 victimes vivaient dans le camp de Gabardie aux portes de Toulouse dans le quartier Gramont.

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société