Féminicide : une jeune femme tuée à l’arme blanche dans le hall d’un immeuble à Toulouse

Féminicide : une jeune femme tuée à l'arme blanche à Toulouse / © Sophie Pointaire
Féminicide : une jeune femme tuée à l'arme blanche à Toulouse / © Sophie Pointaire

Dimanche 25 août, une jeune femme de 26 ans est décédée à Toulouse, après avoir été poignardée à plusieurs reprises dans le hall d’un immeuble, rue Dhuoda dans le quartier des Tibaous. L’auteur présumé des faits a été Interpellé à son domicile, blessé son pronostic vital serait engagé.
 

Par Corinne Carrière

Les faits se sont déroulés dimanche 25 août à 20 heures dans le hall d’un immeuble du quartier Tibaous. Selon nos confrères de la Dépêche, la jeune femme est décédée sur les lieux de l'agression, elle aurait succombé à une vingtaine de coups de couteau portés par son conjoint. Une voisine lui aurait prodigué les premiers secours avant l'arrivée du Samu 31 mais la jeune femme est malheureusement décédée des suites de ses blessures.


Selon nos informations il s'agirait d'un jeune couple marié. Pendant la prise en charge de la jeune victime, l’auteur présumé des faits s’était retranché dans son appartement. Les policiers ont dû forcer la porte, l’individu était inconscient,  lacéré de coups de lame. Il a été transporté au centre hospitalier de Rangueil et son pronostic vital serait engagé.
Toujours selon nos confrères, le jeune homme aurait tenté de mettre fin à ses jours avec le couteau. Une dispute serait à l'origine du drame, la jeune femme voulait quitter l'appartement quand son compagnon s'y est opposé en la poignardant à plusieurs reprises.
Selon nos informations, l'agression aurait été d'une extrême violence.
L’enquête est en cours confiée à la brigade des familles de la sûreté départementale qui a procédé aux premières constatations.

 

96 femmes tuées

Selon le site féminicides par compagnons ou ex, à la date de ce lundi, 96 femmes ont été assassinées depuis le début de l'année par leur conjoint ou ex-compagnon en France. Pour Isabelle Prono, trésorière du collectif Midi-Pyrénées Droit des femmes, mais aussi pour un nombre de plus en plus grand de professionnels de la justice, cette réalité n'est plus supportable.

A lire aussi

Sur le même sujet

Agression d'une enseignante à Agde : une parent d'élève gifle l'enseignante

Les + Lus