• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Fin du congé de reclassement, près de 500 anciens salariés de Freescale Toulouse vont pointer à Pôle Emploi

Les machines de l'entreprise Freescale ont été démantelées et disséminées à plusieurs endroits en octobre 2012 (Amérique, Asie, PME françaises, labo LAAS CNRS...) / © France 3 Midi-Pyrénées
Les machines de l'entreprise Freescale ont été démantelées et disséminées à plusieurs endroits en octobre 2012 (Amérique, Asie, PME françaises, labo LAAS CNRS...) / © France 3 Midi-Pyrénées

Dans le cadre du plan de licenciement Freescale Toulouse de 821 salarié(e)s, le congé de reclassement arrive à son terme. Mardi 29 et mercredi 30 mai 2013, environ 500 anciens salarié(e)s iront s'inscrire en groupe au Pôle Emploi de Bellefontaine qui a "aménagé" deux jours pour ces futurs chômeurs.

Par Pascale Conte

Le site Freescale Toulouse est le plus important d'Europe. La direction du groupe américain a décidé en 2009 de fermer l'atelier de production jugé obsolète, occupant alors 821 salariés, et a licencié en août 2012 les 400 salariés puis 100 supplémentaires du secteur fabrication de composants et puces électroniques.

La grande majorité des 500 salariés notifiés au cours de l'été 2012 se retrouvent sans emploi. Ces mardi 28 mai et mercredi 29 mai 2013, les freescales vont défiler au Pôle Emploi de Bellefontaine pour déposer leurs dossiers d’inscription au chômage. La direction a même anticiper cette arrivée massive de chômeurs deux jours d’ « inscriptions groupées » pour les Freescale.

Le PSE Plan de Sauvegarde de l'Emploi de 2009 prévoyait le départ des 821 salariés sur 4 ans. Plus de 300 salariés sont partis volontairement (pré-retraite...), 400 ont été licenciés avec un congé de reclassement qui s'achève aujourd'hui, et une centaine de salariés ont démonté l'usine en automne 2012 puis ont été également licenciés.

Parmi eux, seulement 2 à 3% ont été reclassés grâce à un cabinet (intérim ou CDD chez Airbus ou autres entreprises...), selon Didier Zerbib, représentant du personnel.








"La moyenne d'âge des 500 ex-salariés de Freescale ou ex-Motorola s'élève à 47 ans. Ils ont de 40 ans environ à l'âge de la pré-retraite. La problématique principale est que ces femmes ou hommes (ils sont à parts égales à chercher un nouvel emploi) ont, pour la plupart, réalisé toute leur carrière dans l'usine. Ils sont entrés jeunes parfois sans qualification mais ont acquis un savoir-faire. Leur culture d'entreprise serait exploitable chez Airbus mais, concrètement, le fleuron de l'industrie aéronautique de Midi-Pyrénées les embauche en faible nombre", raconte Didier Zerbib.

Freescale Semiconductor Toulouse développe des produits destinés à l'industrie automobile (airbag, ABS, multiplexing, interrupteur intelligent de puissance...) ou des produits de gestion de l'énergie via Ethernet. Une centaine de personnes, notamment des ingénieurs, développent des produits technologiques complexes. Après le plan de restructuration d'août 2012, Freescale a maintenu en revanche à Toulouse son activité Recherche et Développement qui emploie environ 500 personnes sur le même site : ingénieurs, cadres et techniciens.

Les dates importantes de Freescale Toulouse :




90% de la production est destinée au secteur automobile

  • 2009 : 39 millions d’euros de bénéfices
  • 2010 : 19 millions d’euros de bénéfices
  • 2011 : 17 millions d’euros de bénéfices

Sur le même sujet

Occitanie : l'eau de baignade en mer est de bonne qualité, dans les lacs et rivières il y a des points noirs

Les + Lus