FOOTBALL. Bordeaux-Rodez : Non, le joueur Lucas Buades n'a pas simulé une commotion cérébrale, un neurologue vous explique pourquoi

Publié le

Lors de la dernière rencontre de la saison de Ligue 2, le joueur de Rodez (Aveyron) Lucas Buades a été agressé par un supporter bordelais. Le diagnostic est posé : commotion cérébrale. Des supporters crient à la simulation. Le Dr Claure Mekies, neurologue à Toulouse, nous explique ce qu'est un traumatisme crânien.

Le 2 juin dernier, lors de la rencontre de Ligue 2 entre Rodez et Bordeaux, un supporter des Ultramarines de Bordeaux a bondi hors des tribunes et a agressé le joueur Lucas Buades, qui célébrait le but qu’il venait de marquer. Cette chute a entraîné la suspension du match.

Du côté des supporters de Bordeaux et d'Annecy, la spéculation est au rendez-vous, et Lucas Buades n’est qu’un simulateur, malgré le diagnostic de commotion cérébrale. Sur la toile, il est traité de "tricheur", de "comédien" et bien d'autres termes du même acabit. "Prix de l'interprétation au festival de Cannes, Oscar, César, prix d'interprétation à la Mostra Venise, prix d'interprétation au festival de Berlin, Deauville. Toutes ces récompenses attendent Lucas Buades. Un exploit retentissant", peut-on lire sur Twitter. 

Pour éclairer les esprits, Dr Tiktok a fait un Tiktok pour expliquer ce qu'est une commotion cérébrale. Pas sûr pour autant que cette explication soit suffisante, au regard des commentaires sous la vidéo. Nous avons contacté le Dr Claude Mekies, neurologue à Toulouse, qui confirme les explications de son confrère. 

"Ce n'est pas la violence du choc qui engendre des lésions au cerveau"

"Une commotion cérébrale est un traumatisme cérébral léger, lié à un impact direct ou indirect de la tête ", explique-t-il. Ce qui signifie qu’il n’est pas obligatoire de recevoir un coup directement à la tête pour provoquer un traumatisme crânien. "Ce n’est pas la violence du choc, mais plutôt la cinétique (mouvement de flexion/extension) qui engendre des lésions au cerveau. Il peut y avoir un traumatisme indirect au choc", explique le neurologue.

Pour rappel, "il a eu un coup sur le larynx, donc un traumatisme laryngé qui l’a fait tomber par terre. Il est tombé sur la tempe gauche et il y a eu une amnésie traumatique", déclarait Me Karine Shebado à l’AFP. Aujourd’hui, "il n’y a pas d’évolution, il doit revoir son neurochirurgien dans les jours à venir", nous confie-t-elle. L’avocate du numéro 19 ruthénois confirme que, pour l’heure, aucune reprise sportive n’est envisagée.

Des symptômes qui disparaissent en quelques jours

Cela s’explique par le fait que le cerveau est un organe mou, entouré par la boite crânienne, qui est dur. Lorsque l’on reçoit un coup à la tête – ou au corps qui entraine un mouvement de flexion/extension -   le cerveau bouge à l’intérieur du crâne, et entre en contact avec la boite crânienne. Ce choc cause alors des lésions cérébrales. "Il y a d’emblée des symptômes qui apparaissent et traduisent un dysfonctionnement du cerveau. Les signes de la commotion cérébrale sont des vertiges, des troubles visuels et de l’équilibre, une amnésie, des maux de tête…" Des symptômes qui rétrocèdent en quelques jours. La reprise de l’activité sportive, quant à elle, est envisagée entre dix jours à trois semaines, après avis médical.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité