Fram, le voyagiste toulousain, cherche “30 à 40 millions d'euros” de financements pour son redressement

FRAM a déjà vendu un immeuble toulousain 6 millions d'euros / © Maxppp
FRAM a déjà vendu un immeuble toulousain 6 millions d'euros / © Maxppp

Le voyagiste français Fram, qui a essuyé d'importantes pertes ces dernières années, a annoncé mercredi qu'il était à la recherche de 30 à 40 millions d'euros de fonds pour financer son redressement.

Par MP + AFP

Cession d'actifs
Cette recherche de capitaux est menée par Kepler Corporate Finance, mandaté depuis un mois dans ce but, a précisé un porte-parole à l'AFP, soulignant que ces fonds serviront pour les investissements dans internet et l'innovation, et pour les besoins en fonds de roulement.
Les pertes, a-t-il rappelé, seront épongées avec la cession d'actifs non stratégiques, en particulier des biens immobiliers comme récemment un immeuble à Toulouse pour 6 millions d'euros du groupe, ou des murs d'hôtels et de villages. Ces biens sont ensuite reloués par le voyagiste.

Calendrier : fin 2013
L'objectif de Fram est d'entrer en négociations exclusives dans le courant de l'été avec le ou les investisseurs, pour une finalisation d'ici la fin de l'année, a précisé le porte-parole.
"Tous les schémas sont ouverts" concernant le profil des investisseurs (sociétés internet, distributeurs de voyages, investisseurs), la composition de la levée de fonds (investisseur unique ou montage multiple) et la contrepartie (prise de participation), a-t-il poursuivi.
Une dizaine de marques d'intérêt ont d'ores et déjà été reçues par le mandataire, a indiqué à l'AFP une source proche du dossier. Le porte-parole s'est refusé à tout commentaire à ce sujet.

Victime du printemps arabe
Autrefois florissant, Fram a été durement touché par les retombées du printemps arabe. Le groupe a cumulé environ 50 millions d'euros de pertes sur les trois derniers exercices et lancé l'an dernier le premier plan social de son histoire, supprimant une soixantaine de postes en France sur environ 600.
L'horizon n'est pas dégagé: "On s'achemine effectivement vers une perte d'exploitation en social de 15 millions (d'euros) avant éléments financiers exceptionnels", a indiqué la semaine dernière M. Cohen, nommé président du directoire en février après la mise à l'écart des fonctions opérationnelles de la famille contrôlant le groupe basé à Toulouse.

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus