• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

“Grand débat national” : 1% écologie, taxation des plus riches... le maire de Toulouse présente sa contribution

La contribution au Grand débat national du maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, porte sur cinq thèmes : l'écologie, les institutions, les élus, la vie démocratique et les territoires. / © Max PPP
La contribution au Grand débat national du maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, porte sur cinq thèmes : l'écologie, les institutions, les élus, la vie démocratique et les territoires. / © Max PPP

A quelques jours de la fin du Grand débat, les membres du gouvernement présentent aujourd'hui à Emmanuel Macron leurs propres positions. Le maire de Toulouse n'a pas voulu être en reste. Jean-Luc Moudenc a publié sa contribution entre mesures pour l'écologie, fiscalité et décentralisation.

Par Sylvain Duchampt

C'est comme "simple citoyen" que Jean-Luc Moudenc "a pris la plume" pour apporter sa pierre au Grand débat national. Mais le timing de la publication de cette contribution, au même moment que les membres du gouvernement, est bien politique de la part du maire de Toulouse

Et à quelques mois des élections municipales, l'élu toulousain pratique l'art délicat du "ni gauche ni (trop à) droite".
  • Le "1% écologie"

    Le maire de Toulouse considère les collectivités locales comme "le bon échelon pour une transition écologique concrète et concertée". L'élu LR propose un "1% écologie", inspiré du 1% artistique, dédié au financement de "toute action allant dans le sens du développement durable (présence de la nature en ville, sobriété énergétique, promotion des circuits courts...).
  • Taxer les hauts patrimoines financiers

    Cette proposition de Jean-Luc Moudenc a de quoi surprendre et vise à répondre à la polémique sur la suppression de l'Impôt de solidarité sur la fortune. "Ces capitaux - dès lors qu'ils ne sont pas investis dans des PME françaises pour développer l'emploi - pourraient être taxés, et le produit de cette fiscalité serait utilisé pour aider les ménages modestes à mieux isoler leur logement, acquérir des  panneaux photovoltaïques explique-t-il dans sa contribution en ajoutant "ce serait bien plus pertinent que de rétablir l'ISF, totem idéologique franco-français, qui chasse les plus riches vers les pays concurrents sans pour autant soulager les plus pauvres.
  • Plus de décentralisation

    A contrario de la politique très verticale et très centralisée de l'actuel gouvernement, Jean-Luc Moudenc souhaite une nouvelle étape de "décentralisation" : "Trop de technostructures parisiennes regardent avec dédain les élus locaux. Certains, qui n'ont jamais mis les pieds dans une mairie, sont persuadés de savoir mieux que les maires comment bien administrer une collectivité ! Le seul rempart contre ce centralisme persistant, c'est de renforcer la décentralisation. (...) D'ailleurs, l'organisation de l'Etat lui-même gagnerait à être rééquilibrée par davantage de déconcentration.: allégeons le poids des administrations centrales éloignées des réalités territoriales et renforçons les services de l'Etat en région autour des préfets."
  • L'exemplarité des élus

    L'élu toulousain souhaite le maintien du non cumul des mandats mais propose d'instaurer "une retenue sur indemnités pour les élus locaux absents des conseils municipaux et intercommunaux" et de "renforcer les sanctions contre l'absentéisme des parlementaires."
  • Reconnaissance du vote blanc

    Enfin, afin de renforcer ce qu'il dénomme la "vitalité démocratique", Jean-Luc Moudenc se déclare favorable à la reconnaissance du vote blanc ainsi qu'au caractère obligatoire du vote car "la République, ce sont des droits mais également des devoirs, ce qu'il semble essentiel de rappeler face à une certaine tendance sociétal au consumérisme." 


 

Sur le même sujet

"Essai clinique sauvage" : Henri Joyeux s'en défend

Les + Lus