Grève massive des aiguilleurs SNCF à Toulouse pour obtenir des embauches

Publié le Mis à jour le

Les agents de circulation SNCF de la région de Toulouse sont en grève, ce lundi 11 avril. Plus de 80% de grévistes chez les aiguilleurs, du jamais vu selon les syndicats. Ils réclament un plan d'embauche pour assurer la circulation des trains en toute sécurité.

85% des TER supprimés en ce lundi 11 avril. La moitié des Intercités, et un quart des TGV n'ont pas pu circuler dans l'ex Midi-Pyrénées. A l'origine de ces fortes perturbations, la grève des aiguilleurs qui est massivement suivie d'après David Anton, représentant  de la CGT-Cheminots. A l'appel des syndicats CGT/Sud-Rail/CFDT et UNSA, les agents de circulation, encadrement compris, se sont mobilisés à plus de 80% pour obtenir des embauches. "Un mouvement historique" selon Renaud Soulet de SUD-Rail.

Sur tous ces chiffres, la direction régionale de la SNCF ne veut pas se prononcer. En revanche, elle reconnait implicitement le bien fondé d'une partie des revendications. La responsable que nous avons pu interroger ce matin, confirme que, dans la région, la SNCF est en train de procéder à de nombreux recrutements. Pour ce secteur spécifique des aiguilleurs, il manquerait plus de 38 emplois selon les syndicats.

"Actuellement, dès qu'il y a des malades, c'est sur leurs jours de repos ou sur leurs vacances que l'on fait revenir les aiguilleurs", raconte David Anton de la CGT. "Si personne n'est disponible, la direction ferme des gares, supprime des trains et les remplace par des autocars. Ça s'est passé à Auch quatre week-end d'affilée en septembre/octobre dernier." 

Le recrutement à la peine

Il y a aussi la situation des agents de réserve : des remplaçants aux horaires fluctuants, affectés au coup par coup, dans des gares différentes, sur de larges secteurs géographiques.

"Ils sont nombreux à démissionner car il n'y trouve pas leur compte", poursuit David Anton. "La SNCF peine à recruter de nouveaux agents car les salaires, environ 1500€/mois, sont trop bas pour payer les déplacements et compenser toutes les contraintes horaires. Certains préfèrent se faire embaucher comme chef de rayon dans les grandes surfaces que de rester à la SNCF."

En ce début d'année la SNCF recrute et forme en effet des nouveaux aiguilleurs sur la région de Toulouse comme dans toute la France.

D'après les syndicalistes interviewés, beaucoup de candidats abandonnent en cours de route. Le plus souvent pour des raisons financières mais aussi à cause des contraintes et de la charge de travail.

"Cette pénurie d'aiguilleurs c'est une situation qui met déjà en cause la qualité et la sécurité du service ferroviaire dans notre région" précise Renaud Soulet de Sud-Rail. "Les embauches ne vont pas assez vite et le besoin devient criant. Nous l'évaluons à 38 postes dans un service qui compte environ 500 agents. C'est essentiel quand il s'agit d'assurer la sécurité de circulation pour tous nos trains."

La sécurité, enjeu de la grève

Ces revendications font l'objet de négociations depuis plusieurs mois avec la direction nationale de la SNCF. Mais sans véritable avancée. Les aiguilleurs de la région de Toulouse sont prêts à se remettre en grève pour se faire entendre. Ce pourrait être le cas le 22 avril prochain.

Leur hantise, c'est qu'un accident vienne leur donner raison. Pour leurs représentants syndicaux cela pourrait arriver si leur charge de travail n'est pas rapidement soulagée.