Cet article date de plus de 4 ans

"Harcèlement et humiliation" chez Airbus à Toulouse : sept salariés sanctionnés

Un salarié d'Airbus à Toulouse a été licencié et six autres ont été mis à pied pour des faits de "harcèlement et d'humiliation", a annoncé, vendredi, France Bleu Toulouse. Des nouveaux venus dans l'entreprise auraient fait l'objet de bizutages sur la chaîne d'assemblage de l'A330 à Colomiers.
Un A330, sur un site d'Airbus à Toulouse.
Un A330, sur un site d'Airbus à Toulouse. © DAVID BECUS / MaxPPP
Selon France Bleu Toulouse, sept salariés d'Airbus ont été sanctionnés après des bizutages survenus sur la chaîne d'assemblage de l'A330 à Colomiers, en Haute-Garonne. Une enquête interne "approfondie" a été ouverte et une lettre envoyée par la direction d'Airbus à tous les employés de cette unité.

Des mesures disciplinaires

La direction d'Airbus Opérations SAS a envoyé une lettre à ses employés pour annoncer que des mesures disciplinaires ont été prises à l'encontre de sept salariés. Elle évoque des cas de "harcèlement et d'humiliation particulièrement graves et répétées sur plusieurs personnes" et parle "de comportements discriminatoires et vexatoires".

L'un des porte-paroles d'Airbus, contacté par France Bleu Toulouse, raconte qu'il s'agit d'une forme de bizutage pour les nouveaux venus amenés à travailler sur la chaîne d'assemblage de l'A 330. Parmi les personnes sanctionnées, certains sont agents de maîtrise, en charge de l'encadrement des salariés. Ils auraient donc dû intervenir pour empêcher ces bizutages.
Dans son courrier, la direction précise que "ce n'est pas la première fois qu'elle fait face à ce type de situations", mais qu'elle prendra "toutes les mesures nécessaires afin d'éradiquer ces agissements".
"Il est de notre devoir d’assurer la sécurité et de protéger l’intégrité physique et mentale de nos employés et de toute personne travaillant sur nos sites"dit elle encore indiquant avoir rappelé à ses salariés que "de tels agissements constituent des délits pénalement répréhensibles et, par conséquent, leurs auteurs et complices sont passibles de sanctions voire de poursuites judiciaires, conformément aux dispositions légales et réglementaires en vigueur".


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
airbus économie entreprises faits divers