Haute-Garonne : l'entreprise Zodiac Nautic délocalise sa production de bateaux d'Ayguesvives en Tunisie

Les salariés de Zodiac Nautic l'ont appris cette semaine : leur direction prévoit de délocaliser entièrement la production de bateaux semi-rigides de leur site d'Ayguesvives en Haute-Garonne vers la Tunisie. 38 postes vont être supprimés.

Sur le site de Zodiac Nautic à Ayguesvives (31) en 2016.
Sur le site de Zodiac Nautic à Ayguesvives (31) en 2016. © Rémi Gabalda / AFP
Coup de tonnerre chez Zodiac Nautic, à Ayguesvives, près de de Toulouse. Les salariés ont appris le 30 juin que la direction de ce site historique, spécialisé dans la fabrication de bateaux pneumatiques, souhaitait délocaliser toute la production en Tunisie. 38 postes vont être supprimés, sur les 58 que compte le site.
 

On a une technologie de soudure unique au monde à Ayguesvives et elle va être délocalisée en Tunisie. C'est un réel savoir-faire qui va partir.

Christian Schloegel, délégué syndical Force Ouvrière


Une entreprise sauvée de la liquidation en 2015

Zodiac Nautic était pourtant revenue de loin. Après plusieurs restructurations et deux rachats successifs par des fonds de pension américains qui l'avaient laissée totalement exsangue, l'entreprise (qui s'appelait alors Z Marine) avait été placée en redressement judiciaire en 2015. Elle avait échappé à la restructuration grâce à deux repreneurs qui s'étaient alors partagés les activités du site d'Ayguesvives. L'un avait repris la branche nautique, l'autre la production de ballons stratosphériques.
Energetic Developpement avait repris la branche nautique de Z Marine avec "un projet industriel sérieux et réaliste" selon le tribunal de Nanterre en 2015. Et avec 7 millions d'euros de fonds propres pour relancer l'activité.
Un an plus tard, Zodiac Nautic se targuait de relocaliser sa production chinoise à Ayguesvives et en 2018, elle se félicitait de sa nouvelle croissance.


Des problèmes de trésorerie récurrents

Christian Schloegel, délégué syndical Force Ouvrière, pointe les difficultés financières récurrentes de l'entreprise, malgré la reprise. Il souligne que "seule la production de flotteurs a été rappatriée de Chine, pas celle des bateaux rigides, contrairement à ce qui avait été promis."
"Depuis 15 ans, on n'a jamais gagné d'argent" dit-il. "Notre PDG avait un projet de reprise qui tenait la route. Il y croyait dur comme fer mais il a voulu aller trop vite, il a misé sur de mauvaises technologies, n'a pas fait les bons investissements... Depuis la reprise, nos actionnaires ont injecté plus de 30 millions d'euros. En novembre dernier, le PDG a été débarqué et un nouveau directeur a été nommé en janvier."
 

Une annonce qui prend quand même les salariés de court

S'il n'est pas étonné de la situation financière de son entreprise, Christian Schloegel s'avoue quand même très surpris par cette annonce. "A la mi-avril, pendant le crise du Covid, on a repris une activité restreinte, pour honorer les commandes de nos clients" explique-t-il. "Les salariés travaillaient 42 heures par semaine et l'usine n'a jamais aussi bien tourné que ces dernières semaines. Je ne m'attendais pas du tout à cette annonce." Même si, souligne-t-il, "s'il n'y avait pas eu la crise du Covid et les prêts garantis par l'Etat, ça serait sans doute arrivé avant, on n'aurait sans doute même pas pu payer les salariés".
 

Des économies nécessaires pour la direction

Jointe par France 3 Occitanie, le direction des ressources humaines de Zodiac Nautic confirme son souhait de délocaliser toute la production du site d'Ayguesvives sur son site d'Enfidha en Tunisie. Un moyen de faire des économies, explique-t-elle. Seuls le siège administratif de l'entreprise, les ressources humaines et les fonctions support seraient maintenus sur place, ce qui permettrait d'économiser la location de 10 000 mètres carrés de locaux. 

Cela fait 5 fois qu'on nous raconte une belle histoire : en 2008, en 2011, en 2014, en 2015 avec le redressement judiciaire... Cela fait beaucoup. Cette fois-ci, je n'y crois plus. Il y a très peu de visibilité pour la suite.

Christian Schloegel, délégué syndical Force Ouvrière

Les salariés d'Ayguesvives ont ce jeudi "le sentiment d'un immense gâchis" dit-il encore, surtout à l'idée de perdre "un savoir-faire historique et unique".
Un de ses collègues renchérit : "la direction nous vend que si on ne fait rien, on meurt. Je suis là depuis près de 20 ans, j'ai subi tous les plans sociaux, je n'y crois plus tellement."

J'ai fait toute ma carrière chez Zodiac. C'est la première fois depuis 10 ans que les gens sont aussi amers dans l'atelier. On nous a demandé de faire des efforts pendant la crise du Covid et là, on nous dit "vous allez tous être au chômage", dans un secteur fortement touché. C'est compliqué.

Un salarié de Zodiac Nautic

 

La fin d'une histoire

Zodiac existe depuis 120 ans. Son bateau est devenu un générique dans le monde entier. L'entreprise a longtemps été le plus le plus gros employeur de la commune d'Ayguesvives, son site historique. Dans les années 2000, on produisait jusqu'à 180 bateaux par jour dans cette petite commune de Haute-Garonne.
L'histoire va bientôt s'y arrêter. La direction du groupe semble en tout cas le souhaiter. La première réunion du plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) qui doit acter cette délocalisation est prévue le 7 juillet. La dernière le 27. Pour une fin de la production effective en octobre prochain.
 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
entreprises économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter