• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

“Immeuble de la honte” les Castalides à Toulouse : les familles roms relogées au Ramelet-Moundi

L'immeubles Les Castalides / © Emmanuel Wat / France 3 Midi-Pyrénées
L'immeubles Les Castalides / © Emmanuel Wat / France 3 Midi-Pyrénées

L'Etat et la ville de Toulouse ont confirmé ce mercredi que le bâtiment insalubre sera totalement évacué jeudi : les familles roms qui l'occupent seront relogées dans un camp de mobil-homes au Ramelet-Moundi. Une poignée d'autres cas reste à régler. 

Par Fabrice Valery

24 familles roms qui occupent des appartements du bâtiment "Les Castalides" à Toulouse seront relogées avant la fin de la semaine dans un villade d'insertion de mobil-homes qui est en cours d'installation chemin de Ramelet-Moundi à Toulouse, comme on peut le voir sur la photo ci-dessous prise ce mercredi après-midi lors de l'installation de ces maisons provisoires. 

Installation des maisons pour les familles roms des "Castalides" / © Emmanuel Wat / France 3 Midi-Pyrénées
Installation des maisons pour les familles roms des "Castalides" / © Emmanuel Wat / France 3 Midi-Pyrénées
L'Etat, en l'occurence le préfet de Région, et la ville de Toulouse, par la voix de son maire PS Pierre Cohen, ont en effet confirmé ce mercredi lors d'une conférence de presse que "l'immeuble de la honte", déclaré insalubre, sera bien évacué et muré jeudi 29 août. Outre le relogement des familles roms qui pourrait être effectif en fin de semaine, il reste environ à régler le sort de 6 à 7 familles logés dans des appartements de ce taudis : des propositions de relogement leur ont été faites, d'autres leur seront présentées rapidement. Mais tous devront avoir quitté les lieux jeudi. Des chambres d'hôtel sont réquisitionnées pour des hébergements provisoires. 

A l'origine construit pour des logements étudiants, l'immeuble appartenant à des propriétaires privés s'est lentement dégradé. Des appartements de 11m2 ont été loués à des familles de 6 ou 7 personnes par des "marchands de sommeil". Jusqu'à devenir une zone de non-droit, un exemple de l'habitat indigne. La ville de Toulouse et l'office HLM ont racheté un à un les appartements : actuellement 360 sur 399. Il y a 3 mois, la préfecture a pris un arrêté d'insalubrité qui va permettre d'exproprier les derniers propriétaires. L'immeuble devrait ensuite être réhabilité. 

Vidéo: le reportage d' Emmanuel Watt et Virginie Beaulieu
DMCloud:99805
Le dernier jour des Castalides

Sur le même sujet

Incendie de Rouen : polémique à l'USAP sur le maintien du match de rugby de Pro D2

Les + Lus