INSOLITE. Rugby. L'eau bénite pour les finales du Stade Toulousain, ça marche

C'est une tradition pour les rouge et noir, déverser de l'eau bénite sur les lignes d'en-but du terrain sur lequel ils disputent une finale. Une manie qui perdure depuis plus de 30 ans, et pour cause, elle fonctionne, en tout cas les chiffres parlent pour elle. Voici l'histoire de cette tradition.

Vous l'aurez compris le titre de cet article n'est pas à prendre au sérieux mais l'image a fait le tour des réseaux sociaux : Jean-Louis Putinier, vice-président du conseil de surveillance du Stade toulousain, déverse délicatement de l'eau sur les lignes d'en-but du Stade de France quelques instants avant le début de la finale du Top 14 face à La Rochelle. Cette eau, c'est de l'eau de Lourdes, de l'eau bénite !

De quoi assurer une protection efficace aux joueurs rouge et noir ? 

Si l'on s'en tient aux statistiques, la réponse est clairement oui. Depuis 1989 et le début de cette tradition, le Stade toulousain a disputé 16 finales du championnat de France et en a remporté 13.

Cette tradition remonte donc à 1989, à l'époque le club sort de 2 titres décrochés en 85 et 86 après une disette de 40 ans. C'est Jean-Louis Lacroix, père du président actuel qui se charge alors de cette "bénédiction" des en-but. Et pour cette première, ça marche ! L'équipe des Cigagna, Cazalbou, Laïrle, Rancoule ou encore Charvet s'impose au Parc des Princes 18-12 face à Toulon. 

Pour sa 2e sortie "officielle", la bouteille en forme de sainte vierge aura moins de succès. On est en 1991, les Toulousains affrontent Bègles en finale et s'inclinent 19-10, mais qu'importe la tradition était lancée. Et les titres de champion de France des années 94, 95, 96, 97 et 99 ne feront qu'ancrer encore un peu plus l'usage de cette "arme divine".

L'eau doit être récupérée à Lourdes le mardi précédent la finale, elle est toujours enflaconnée dans la même bouteille en forme de Vierge et toujours derversée en premier dans l'en-but de droite en sortant des vestiaires.

La vierge "partenaire" des rouges et noirs depuis 1912

La Vierge soutient donc les rouges et noirs depuis 1989, mais son nom apparaît dès l'année 1912 aux cotés de celui du Stade toulousain  Lors de cette saison, les Toulousains décrochent leur premier titre en étant invaincus toute la saison. On surnomme alors le club "la Vierge rouge", non pas pour des raisons religieuses donc mais pour évoquer virginité de la colonne défaites sur le bilan du championnat. Ce surnom sera très utilisé jusqu'à la fin des années 20, avec pas moins de 5 titres de champions décrochés pendant cette décennie.

Il sera ensuite oublié avant d'être finalement presque "ressucité" par le duo Lacroix Putinier et leur vierge remplie d'eau de Lourdes.

Une célébration qui fonctionne aussi au niveau européen : le Stade a disputé 7 finales continentales et en a gagné 5 avec toujours le soutien de cette "eau miraculeuse".