"Propos racistes", "clichés d'extrême-droite", Carole Delga s'enlise dans la polémique sur ses propos sur l'immigration

Carole Delga était l'invitée de la matinale de FranceInfo, mercredi 7 juin. Un passage marqué par des propos de la présidente de la région Occitanie sur l'immigration provoquant une vaste polémique.

Tout avait bien commencé pour Carole Delga, mercredi 7 juin. Invitée de FranceInfo, la présidente de la région Occitanie a tout d'abord déploré "l’erreur" de la présidente de l'Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet, de bloquer l'examen de l'abrogation de la retraite à 64 ans. 

"C'est quand même grave que la représentation nationale ne puisse pas s'exprimer librement, parce qu'on ne va pas nous vendre la blague que les Français ont approuvé la réforme des retraites en élisant Emmanuel Macron" estime Carole Delga.

"Leurs parents (...) ne sont pas nés en France"

Mais interrogée sur le dossier de l'immigration, Carole Delga, frôle la sortie de route. L'élue socialiste a déclaré que Kylian Mbappé et Yannick Noah étaient "originaires d'autres pays". Les deux vedettes sont pourtant nées en France, comme le montre la séquence ci-dessous.

Ces déclarations ont provoqué un tollé sur les réseaux sociaux, notamment au sein de la Nupes.

La violente charge de la NUPES

Le député LFI de Haute-Garonne, Hadrien Clouet lance une violente charge contre la présidente d'Occitanie, faisant référence aux divisions de la gauche, et aux dernières législatives en Ariège : "Sympathique matinée avec les anti-#NUPES, qui assument la stratégie conduite en Ariège : échanger les éléments de langage avec Le Pen."

Jean-Luc Mélenchon parle lui d'une "consternante contamination par les clichés d'extrême droite."

Pour la sénatrice écologiste, Mélanie Vogel, il n'y a pas de doute "ce sont bien des propos racistes" relevant d'un biais : "l'association entre la couleur de peu et l'origine géographique".

"Je regrette de m'être mal exprimée"

Très rapidement, Carole Delga a publié sur Twitter une réponse à ses détracteurs, affirmant "que l'immigration (...) est une richesse, une contribution au génie et aux succès du pays". 

Le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, évoque pour sa part un "faux procès fait à Carole Delga".

En fin de journée, l'élue d'Occitanie persiste dans sa défense à travers une communication qu'elle a faite parvenir à la presse. Elle réitère que ses propos "sont pris à contrepied" et qu'elle refuse notamment "l'image détestable véhiculée par l'extrème-droite d'une immigration dangereuse pour notre pays". Mais elle conclut néanmoins en regrettant "le malentendu" qui a entouré ses propos et "l''instrumentalisation que certains en font."

Une explication loin de convaincre sur la scène politique comme dans les rangs de la majorité présidentielle. Pour Nadia Hai, députée des Yvelines : "Carole Delga s'enfonce. Elle, elle se qualifie comme enfant d'immigrés alors que Yannick Noah et Kylian Mbappé sont assimilés directement à l'immigration. Carole Delga a donc intégré dans son logiciel qu'on est immigré selon la couleur de peau."

Depuis plusieurs semaines, Carole Delga bénéficie d'une large couverture médiatique la présentant comme une potentielle candidate à la prochaine élection présidentielle. L'élue socialiste, opposée à la Nupes, réclamait dans une récente tribune une union de la gauche "cohérente et claire", représentée notamment par la création du courant Refondations, face à une Nupes "radicalement conservatrice, recroquevillée sur elle-même".

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité