Le jeudi noir dans les aéroports n'aura finalement pas lieu, le préavis de grève des contrôleurs aériens levé par un des syndicats

Un préavis de grève des contrôleurs aériens avait été déposé pour ce jeudi 25 avril 2024. De fortes perturbations étaient annoncées sur le trafic et dans les aéroports. À la veille de cette mobilisation, le syndicat majoritaire s'est retiré du mouvement.

Les contrôleurs aériens avaient jusqu'à ce mardi 23 avril 2024, midi, pour se déclarer gréviste et répondre ainsi à l'appel à la mobilisation de leurs syndicats majoritaires. Ce préavis de grève pour le jeudi 25 avril a notamment été déposé par le SNCTA, le syndicat national des contrôleurs du trafic aérien, qui représente 60% des voix de la profession.

Alors que la grève s'annonçait massivement suivie, le SNCTA a finalement annoncé ce mercredi 24 avril qu'il levait son préavis. Mais un nouvel appel à la mobilisation est d'ores et déjà déposé pour le week-end de l'Ascension, du jeudi 9 au samedi 11 mai.

Jeudi noir dans les aéroports ?

Si les prévisions des perturbations ne devraient s'affiner qu'avec les déclarations préalables des grévistes ce mardi, retards et annulations de vol sont à prévoir si vous devez prendre l'avion ce jeudi 25 avril.

Tous les syndicats de contrôleurs aériens se sont ligués dans cet appel à la grève et selon une première estimation obtenue par le journal Les Echos, "jusqu'à 70% des vols pourraient être annulés" dans les grands aéroports français. Mais sur le site de l'aéroport de Toulouse-Blagnac, les informations sur les départs et arrivées prévues ce jour-là sont "à venir". Mais certaines plateformes aéroportuaires alertent, il est fortement recommandé d'être vigilant quant au maintien de votre voyage.

Vol annulé : à quoi avez-vous droit ?

Votre voyage est retardé ou annulé ? Sachez que vous pouvez avoir droit à certaines compensations selon votre situation. Un vol annulé vous donne la possibilité d'obtenir le remboursement de votre billet d'avion et d'éventuels dommages et intérêts si cette annulation vous a causé un préjudice particulier.

Sachez que la règlementation européenne peut également vous assurer une indemnité forfaitaire, selon la longueur du vol sur lequel vous étiez enregistré. Mais attention, il existe des situations pour lesquelles cette indemnisation n'est pas due. "Un transporteur aérien n'est pas tenu de verser l'indemnisation prévue s'il est en mesure de prouver que l'annulation est due à des circonstances extraordinaires qui n'auraient pu être évitées même si toutes les mesures avaient été prises", prévoit l'article 5 du règlement européen

La grève des contrôleurs aériens peut-elle entrer dans ce cadre de circonstances exceptionnelles ? C'est moins vrai depuis la loi du 23 décembre 2023 qui exige une déclaration des grévistes, 48 heures avant le mouvement social. Ce qui permet aux compagnies aériennes d'adapter leur programme de vols et de réduire les annulations à titre préventif. En clair, il est tout à fait envisageable de réclamer une indemnisation.

Pourquoi cette grève ?

Le préavis de grève pour ce jeudi 25 avril a été déposé dès le 9 du même mois, après la publication d'un nouveau "protocole social" par la DGAC, en négociation avec les organisations syndicales, quant à la refonte du contrôle aérien français.

"La version publiée n'est aucunement signable pour le SNCTA qui la considère comme une provocation, si ce n'est une insulte", indique le syndicat national des contrôleurs du trafic aérien. "Le SNCTA condamne cette conduite des négociations dont l’objet est plutôt d’avancer sur la casse d’un contrat social que sur la réponse aux enjeux de la navigation aérienne et aux attentes de la profession."

"Un accord a été trouvé" indique le SNCTA qui a levé son préavis pour le 25 avril 2024. Deux autres syndicats appellent également à la grève ce jeudi. Vont-ils également se retirer ? La question se pose encore.