Jeux vidéo, mangas, cosplay : incontournable de la pop culture, le Toulouse Game Show attend plus de 70 000 visiteurs

Publié le Mis à jour le
Écrit par Mélanie Caron .

Ce week-end du 26 novembre 2022 se tient l'un des événements annuels les plus attendus en France par les fans de cosplay et de manga, au parc des expositions de Toulouse. En 15 ans, le rendez-vous est passé de 10 000 à 70 000 visiteurs attendus sur deux jours.

Si vous arpentez les salles du parc des expositions de Toulouse ce week-end, vous aurez peut-être l’occasion de croiser la route d’Harry Potter, de Dark Vador, de Superman ou encore d’un personnage issu de votre manga préféré. Ces 26 et 27 novembre se tient la 15e édition du Toulouse Game Show (TGS), le deuxième plus grand rendez-vous français de cosplay, très attendus par les adeptes de la pratique mais aussi les fans de cinéma, séries, mangas et culture japonaise. Un mélange hétéroclite autour du divertissement qui connaît une ascension fulgurante.

"A la base, l’idée était de cibler la pop culture de manière générale et de créer un événement en dehors de la région parisienne. On a su démarrer au bon moment", explique Frédéric Deveze, organisateur du TGS. En effet, depuis sa première édition, où l’événement avait réuni 10 000 visiteurs, un succès inattendu, l’organisation a pris de l’ampleur et attend jusqu’à 70 000 visiteurs en deux jours.

Le plein de souvenirs

Comme chaque année, des concerts, des découvertes de jeux vidéo, des animations… et des costumes. "Mon but c’est de repartir avec un maximum de photos souvenirs", s’exclame Maxime, six ans. Avec ses parents, le petit garçon part à la recherche de ses personnages préférés. "Les méchants de Star Wars, Mario, Harry Potter aussi, parce que j’ai la baguette et même la cicatrice", montre-t-il en exhibant son front maquillé.

Et s’il y a ceux, comme Maxime, qui viennent voir des personnages grandeur nature, il y a aussi ceux qui paradent avec leurs costumes faits maison, réalisés spécialement pour l’occasion. "J’ai créé mon propre personnage, indique Vincent, un toulousain tout vêtu de noir et masqué. Je me suis inspiré de la tech punk et j’ai rassemblé différentes pièces." En tout, Vincent aura passé près de quatre mois à finaliser son costume. "C’est la première fois que je me déguise, je me suis dit que j’allais me faire plaisir et voir ce que ça donnait."

Un peu plus loin, c’est Wonder Woman qui déambule dans une tenue sur-mesure. Interpellée par les visiteurs, elle se prête au jeu des photos avec le sourire. "Ça fait du bien à l’égo", plaisante-t-elle entre deux poses. Aujourd'hui, Wonder Woman a fait le chemin depuis Marseille juste pour assister à l’événement. Même si elle n’a pas sauvé le monde, porter ce costume lui permet avant tout de défendre les valeurs de son héroïne. "Et puis ici, on partage tous la même chose. Il y a des gens de tous les âges, des enfants comme des adultes !" se réjouit-elle.

L'occasion de se faire connaître

Pour d’autres, comme Julien Guyard, plasticien en effets spéciaux, engagé par les organisateurs du salon pour organiser une exposition spéciale, ce rendez-vous est l’opportunité de montrer son savoir-faire le temps d'un week-end. Cette année, on retrouve des voitures célèbres, aperçues dans Transformers, Men in black ou encore Harry Potter. Mais aussi et surtout une partie du décor de la série des années 1990 Stargate.

La star de l'exposition : le « dial home device » (DHD) relié à la fameuse porte des étoiles, un petit bijou futuriste retapé pour l’occasion par Julien Guyard. "J’ai fabriqué cette exposition pour faire découvrir cet univers aux gens. Restaurer le DHD aurait dû me prendre quatre mois, mais j’en ai mis deux et demi pour qu’il soit prêt à temps." Un pari qui en valait la peine : l’exposition ne désemplit pas et sur les photos souvenirs les visiteurs se rêvent, l’espace d’un instant, voyageurs de la galaxie…

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité