La journée portes ouvertes de l'université Jean-Jaurès de Toulouse, occupée, est finalement annulée

Une partie de l'université est bloquée / © MaxPPP
Une partie de l'université est bloquée / © MaxPPP

Face aux blocages et aux tensions sur le campus, le président Daniel Lacroix a annoncé l'annulation de la journée portes ouvertes prévue ce= samedi 10 février. 4 à 5000 lycéens et parents étaient attendus. 

Par Fabrice Valery

La journée portes ouvertes de l'université Jean-Jaurès de Toulouse n'aura finalement pas lieu, ce samedi 10 février. Vendredi, la veille de l'événement, la présidence de l'Université a pris la décision de ne pas maintenir cet événement traditionnel, en raison des blocages qui durent concernant la sélection à l'entrée à l'université et l'intégration de Jean-Jaurès Toulouse 2 dans la future Université fédérale de Toulouse. 

"Compte tenu des blocages actuels sur le campus Mirail et des perturbations liées au mouvement en cours, qui se sont accrus au cours de la semaine, je me vois contraint d’annuler la journée portes ouvertes du samedi 10 février 2018, indique le président de l'université Daniel Lacroix. En effet, les conditions de sécurité des personnels et des visiteurs ne sont plus réunies pour assurer l’organisation d’une manifestation de cette ampleur, qui accueille habituellement 4 à 5 000 personnes sur la journée. Je déplore cette situation, tant pour les personnels qui se sont mobilisés pour la réussite de cette journée, que pour les futurs étudiants et leurs familles qui ont des attentes légitimes en matière d’orientation et d’information".

En début de semaine, lors de la journée d'action des étudiants et enseignants mardi dernier, la rumeur avait couru que la présidence allait annuler cette journée portes ouvertes. Finalement, la présidence de l'université avait dans un premier temps décidé de maintenir l'événement.

Mais l'évolution de la situation ne s'est pas faite dans le bon sens et le président a décidé d'annuler l'événement. Il indique que tout sera mis en oeuvre pour informer, autrement, les lycéens et leurs parents sur les filières de l'université.

Sur le même sujet

Estagel (66) : réaction après l'incendie mortel

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés