• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

La justice ordonne la fermeture immédiate d'une école coranique de Toulouse

Un cours à l'école Al-Badr / © France 3 Midi-Pyrénées
Un cours à l'école Al-Badr / © France 3 Midi-Pyrénées

Le directeur de l'école Al-Badr a été condamné à 6 mois de prison avec sursis et l'association à 5000 euros d'amendes. 

Par France 3

Le tribunal correctionnel de Toulouse a condamné ce jeudi 15 décembre Abdelfattah Rahhoui, directeur de l'école coranique Al-Badr, a 6 mois de prison avec sursis et interdiction de diriger un établissement scolaire. Le tribunal a également prononcé la fermeture immédiate de l'établissement et condamné l'association qui le gérait à 8000 euros d'amende

M. Rahhoui avait été jugé mi-novembre devant la justice, poursuivi pour le contenu de son enseignement, jugé non conforme par l'Inspection académique, ainsi que pour violences sur mineur. 

Ces poursuites faisaient suite à plusieurs rapports de l'inspection académique et une enquête de police. Réfutant ces accusations, Abdelfattah Rahhoui s'était défendu : "Ils nous reprochent qu'il n'y ait pas d'instruction, qu'il y ait beaucoup d'arabe et de Coran et qu'on entraîne les enfants au tir", avait estimé le directeur d'établissement
"On dit qu'on est en train d'entraîner les enfants au jihad" car "les élèves vont au Laser game (jeu au laser) comme ils vont en sorties scolaires à la piscine, à Walibi ou à la Cité de l'espace", avait-il déploré. "Quand c'est une école publique, il n'y pas de problème, mais quand c'est une école confessionnelle musulmane, on vous dit qu'on leur apprend à tirer".

EN VIDEO / le reportage de Karine Pellat et Jean-Yves Bascands
Fermeture de l'école Al-Badr
La justice a prononcé la fermeture de cette école coranique de Toulouse.

 

Sur le même sujet

De la source du Danube au Grau-du-Roi en kayak : une aventure de plus de 7 000 km

Les + Lus