L'art expérimental se déconfine avec la 24ème édition du festival "Rencontres Traverse" à Toulouse

Cinéma expérimental et d’art vidéo, installations, performance et photographies plasticiennes, sous ces différentes formes d’art contemporain, les artistes questionnent cette année le processus de création. L’Art c’est faire, une thématique à découvrir jusqu’au 13 juin.

Pour la 24ème édition, les Rencontres Traverse réunissent des artistes toulousains, nationaux et internationaux et leur public autour de la thématique "l’Art c’est faire".

Cinéma expérimental et d’art vidéo, performance, expositions d’installations et de photographies, sous ces différentes formes d’art contemporain, chaque artiste explore la thématique l'Art c'est faire : "Une thématique qui rend sa place à l'artiste, qui souhaite faire entendre son acte, son action, son travail et son implication", explique Simone Dompeyre, la présidente de Rencontres Traverse et Commissaire artistique.

Le festival investit la rue et différents lieux comme l’ancien Réservoir de Guilhemery, friche industrielle de Toulouse, la cinémathèque de Toulouse, le cinéma le Cratère, le Lycée Ozenne ou encore l'ENSAV.

Bande annonce XXIV RIT, L'Art c'est faire, Épisode 1 | Trailer XXIV IET, Art is to do, Episode 1 from Traverse on Vimeo.

L’Art c’est faire

Cette année les artistes ont planché sur la thématique "l'Art c'est faire". Un travail  sur le questionnement du processus de création. "L’idée est de rappeler le lien entre l’artiste et son œuvre. Le geste artistique vers le processus de création, vers le faire", explique Antoniy Valchev, coordinateur du festival.

L’affiche symbolise la thématique. Elle est l’œuvre de deux artistes français qui ont recrée des photographies à partir d’œuvres d’artistes connus comme Botticelli, Rothko ou encore Jeff Koons. "Ils ont repris les œuvres majeures de l’histoire de l’art, en l'occurance pour l'affiche du festival la naissance de vénus de Botticelli, pour créer une série de mise en espace d’œufs. La couleur rose de l’oeuf est un clin d’œil à l’artiste américain Jeff Koons", précise Antoniy Valchev. Ses oeuvres sont actuellment exposées au Mucem à Marseille.

Performance itinérante

Le festival propose aussi des performances itinérantes, des expériences artistiques à vivre dans les rues de Toulouse. Ce sont des œuvres vivantes, réalisées par des artistes, elles accompagnent le public d’un lieu d’exposition à un autre. Ce vendredi 21 mai, deux performances vont se dérouler à la sortie de l’exposition qui se tient au lycée Ozenne. "Gaël Tissot, musicien toulousain, crée des récits sonores sur la place de la Basilique Saint-Sernin, un espace virtuel sonore géolocalisé, on ne pourra l’écouter que sur la place muni de son smartphone", raconte  Antoniy Valchev, coordinateur du festival. Un deuxième intinéraire artistique sera proposé avec la performance d'une artiste Belge, une chorégraphie à suivre dans les rues toulousaines pour rejoindre un autre lieu d’exposition, l’école Prep’art rue Bayard.  

Jusqu’au samedi 22 mai le public pourra échanger avec les artistes, les expositions se poursuivent elles jusqu’au 13 juin. Les organisateurs du festival s’engagent à respecter les mesures sanitaires en vigueur liées à la crise sanitaire.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déconfinement société culture festival événements sorties et loisirs art