Ligue 1: "Demander à Arribagé de continuer, c'était trop dur" (Sadran)

Après la nouvelle défaite de Toulouse face à Rennes (1-2), qui a sans doute envoyé le club en Ligue 2, "demander" à l'entraîneur Dominique Arribagé "de continuer était trop dur", a assuré samedi le président du TFC Olivier Sadran.

Olivier Sadran et Dominique Arribagé
Olivier Sadran et Dominique Arribagé © Maxppp
Q: Pourquoi avoir pris cette décision ?
R: "On a pris la décision de la démission de Dominique car c'est une situation très difficile moralement. La situation était trop difficile psychologiquement
pour Dominique. Lui demander de continuer, c'était trop dur pour lui. On a quelques jeunes de grands talents et il faut préparer l'avenir. Pour ça, il faut enlever un peu de pression. C'est une décision prise en pleine concertation".

Q: Le départ de Dominique Arribagé était-il inévitable ?
R: "Dominique est un garçon très intelligent. Il est très attaché à son club et c'est pour ça que ça me fait mal car il souffre. C'est lui qui nous a sauvé l'année dernière et il ne faut pas l'oublier car l'accident aurait pu arriver plus tôt.
On voit bien que cela ne veut pas tourner dans le bon sens. Il faut que la pression soit la moins forte sur nos jeunes. On doit se reconstruire le plus vite possible".

Q: Vous sentez-vous responsable de cette situation?
R: "Quand on est le propriétaire d'un club, on en est le premier responsable. Si quelqu'un doit aller sur l'échafaud, j'y vais sans problème, en assumant. Tous les ans, trois équipes descendent et ce ne sont pas trois pestiférés. C'est la loi du sport. On peut se relever et c'est à ça qu'il faut penser."

Q: Arribagé va-t-il rester au sein du TFC?
R: " Oui, mais ce n'est pas le sujet".

Q: Savez-vous qui prendra la suite de Dominique Arribagé?
R: "Nous n'avons pas de plan B à l'heure actuelle et il n'y aura pas de plan B dans l'urgence. C'est un accident qui arrive après 13 ans de présence en L1. Ce n'est pas cuit mathématiquement, il peut toujours arriver des miracles mais ça commence à être excessivement compliqué. D'autres se sont relevés d'accidents identiques.
Il faut préparer ça avec sérénité et sérieux. Il faut une assise financière stable. L'avenir est dans les mains de nos jeunes".

Q: L'entraîneur que vous choisirez devrait donc s'inscrire dans un projet durable?
R: " C'est une certitude. On ne fera rien à la va vite. On veut quelqu'un qui soit capable de tirer le meilleur de nos jeunes, de reconstruire".

Q: Et vous interrogez-vous sur votre avenir à la tête du TFC?
R: "Je prendrai mes responsabilités si j'estime que je ne suis pas à la hauteur de la tâche et qu'il faut mettre plus de présence et de dynamisme. Il faut un actionnaire solide et cela je l'assume et je le fais. C'est plus difficile dans ces moments-là mais il faut toujours assumer donc l'actionnaire ne laissera pas tomber le TFC.
Après faut-il changer le mode opératoire? On verra bien".

Vidéo : des extraits de la conférence de presse par Serge Djian
durée de la vidéo: 01 min 19
TFC, la démission d'Arribagé
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ligue 1 football sport tfc