• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

La Ligue des Droits de l'Homme claque la porte de la commission des libertés publiques de la ville de Toulouse

La boite aux lettres du suspect / © Sylvain Duchamp
La boite aux lettres du suspect / © Sylvain Duchamp

Dénonçant une "politique outrageusement sécuritaire", la LDH quitte une commission dans laquelle elle s'était investie depuis 2011. 

Par Fabrice Valery

La Ligue des Droits de l'Homme (LDH) de Toulouse vient de mettre un coup de canif dans la volonté du maire LR Jean-Luc Moudenc de mettre en place une commission indépendante sur la politique de sécurité de la ville. La LDH a décidé de quitter la commission des libertés publiques et de la tranquillité publique dénonçant "une approche exclusivement sécuritaire, caricaturalement répressive".

La LDH ne "souhaite pas cautionner par sa présence dans une instance devenue très dépendante politiquement des décisions qui ne lui paraissent pas conformes à l'équilibre nécessaire entre les contraintes de la sécurité et le respect de la sureté et de la liberté des personnes". 

En 2011, l'ancien maire PS de Toulouse Pierre Cohen avait installé une commission des libertés publiques notamment pour mettre en place une réflexion sur la vidéosurveillance. Elu en 2014, son successeur Jean-Luc Moudenc a transformé cette commission en changeant son nom mais aussi son fonctionnement. 

Aujourd'hui, pour la Ligue des Droits de l'Homme cette nouvelle commission n'est qu'une "chambre d'enregistrement" des décisions politiques prises par le maire et son adjoint à la sécurité, Olivier Arsac : multiplication des caméras de surveillance, renforcement des effectifs de police municipale, armement des policiers municipaux, patrouille 24h/24, arrêtés anti-prostitution, etc. 

La LDH a donc pris la décision de ne plus siéger dans cette commission mais indique qu'elle va persister "à assurer sa fonction de vigilance citoyenne quant au respect des droits et des libertés au regard des mesures prises par les autorités municipales"

Sur le même sujet

Perpignan : le ministre de la Culture en visite au festival Visa pour l'image

Les + Lus