• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Le moustique tigre affectionne le milieu urbain et aussi... Toulouse

Aedes albopictus ou moustique tigre apparu dans les Alpes-Maritimes en 2004. / © AFP / EID Mediterranee
Aedes albopictus ou moustique tigre apparu dans les Alpes-Maritimes en 2004. / © AFP / EID Mediterranee

Il prolifère en Corse et dans le sud-est de la France. Cet insecte à l'abdomen rayé a réussi à migrer en Haute-Garonne depuis l'été 2012. Agressif en milieu urbain, il s'est surtout installé à Toulouse. Une surveillance épidémiologique est opérationnnelle. Le niveau 1 est actif. 

Par Pascale Conte

Il est surveillé de près par les autorités sanitaires. Apparu en faible nombre en France en 2000 puis éradiqué, il est réapparu en 2004 du côté de Menton, sur la Côte d'Azur. Le moustique tigre adore les zones urbaines. Il se développe dans les petits quantités d'eau stagnantes comme les assiettes des pots de fleurs. Chaque moindre réserve d'eau de pluie et les moindres flaques d'eau l'attire. "En ville, il est très agressif", indique Charles Jeannin, chef de projet à l'EID Méditerranée, l'organisme chargé de sa surveillance épidémiologique.

A Toulouse et dans l'agglomération, jusqu'au Lauragais, il a pris ses marques dans les jardins des villes depuis l'été dernier où il a été recensé pour la première fois. Il serait arrivé par voie terrestre, transporté par hasard par un automobiliste venant de l'Est de la France. On signale aussi sa présence éventuelle dans l'Aveyron. Les précipitations du printemps ont favorisé sa multiplication. Diffus, il reste difficile à quantifier au jour le jour. Voici la carte détaillé de sa présence détectée par l'EID méditerranée en 2012 :
Etat des lieux 2012 du moustique tigre dans le Grand Sud de la France / © EID / DR
Etat des lieux 2012 du moustique tigre dans le Grand Sud de la France / © EID / DR

L'ARS, agence régionale de santé, en relation avec l'EID, surveille les patients qui pourraient être piqués. Hormis sa piqûre désagréable, aucun patient autochtone n'a été contaminé par une maladie exotique comme la dingue ou le chikungunya. Le risque de contamination est ultra-minime. En revanche, les voyageurs en provenance des zones à risque et qui auraient pu contracter ces maladies sont rigoureusement surveillés.

Petite migration européenne du moustique tigre


Les entomologistes le nomme Aedes albopictus. En France, il hiberne sous forme d'oeuf de juin à octobre. Il apparaît sous forme d'insecte volant en été et en automne. Plusieurs lignées d'une même famille se succèdent dans cette période. Une femelle pond en moyenne cent oeufs et plusieurs fois dans sa vie (elle vit 1 mois environ). C'est une espèce invasive. Il est arrivé en Europe en Albanie en 1979, en Italie en 1990. Un importateur de pneus l'aurait introduit en France dans les années 2000. Il a été exterminé. Puis, en 2004, du côté de Menton et sur la Côte d'Azur et vers Barcelone, il a fortement colonisé la région. Depuis il est résistant et progresse doucement dans le Grand Sud de la France. Ne vous fiez pas aux idées reçues, il déteste la Camargue ! Ce n'est pas dans les marécages qu'il évolue mais en ville. Le littoral méditerranéen a bien assez d'espèces de moustiques : quarante au total !

Le reportage de Cécile Fréchinos et Virginie Beaulieu :

DMCloud:86965
Le moustique tigre à Toulouse

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Elections européennes : des maires de l’Hérault dénoncent le "gaspillage" lié à l’achat de panneaux électoraux

Les + Lus