Le robot Philae n'a pas encore donné de signe de vie

Au CNES à Toulouse, les scientifiques de la mission Rosetta ont ouvert jeudi matin le système de communication avec le robot Philae, assoupi depuis 4 mois sur la comète Tchouri, mais celui-ci n'avait pas encore donné signe de vie jeudi en début d'après-midi, selon l'Agence spatiale européenne (ESA).

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité
Si ça ne marche pas cette semaine, nous recommencerons
"Le système de communication de Philae (ESS - Electrical Support System) à bord de (la sonde européenne) Rosetta a été allumé à 01H00 GMT.
Il restera allumé jusqu'au 20 mars. Aucun signal n'a pour l'instant été reçu", a indiqué un porte-parole de l'ESA.
"Nous ne nous attendons pas à ce qu'il se réveille cette semaine", a toutefois souligné Patrick Martin, chef de la mission Rosetta.
"Nous sommes juste en train d'essayer, et nous continuerons à le faire si cela ne marche pas cette semaine. Nous aurons encore plus d'opportunités dans les prochaines semaines et dans les prochains mois", a-t-il ajouté.

Philaë manque de soleil
Le robot Philae, passager durant plus de dix ans de la sonde spatiale européenne Rosetta, s'est posé le 12 novembre sur la comète Tchourioumov-Guérassimenko, à plus de 510 millions de kilomètres de la Terre, une première.
Après deux rebonds, il s'est retrouvé coincé entre des falaises, dans un lieu peu éclairé. Ses batteries solaires ne pouvaient pas se recharger et Philae se
trouve donc en mode "veille" depuis le 15 novembre.
Mais, à partir de mars, la comète se rapproche du soleil et reçoit davantage de lumière, ce qui fait espérer un signal du robot.
Avant de s'endormir, Philae avait toutefois pu transmettre des données scientifiques récoltées après son atterrissage historique.
Sa feuille de route était notamment de trouver dans le sol cométaire des molécules organiques ayant pu jouer un rôle dans l'apparition de la vie sur Terre, les comètes étant les objets les plus primitifs du système solaire.


Vidéo : le reportage de Yann Olivier d'Amonloir et Eric Foissac