Le squelette de l'ours Balou rejoint le Muséum de Toulouse

La dépouille de l'ours Balou, trouvé mort le 9 juin dans le massif pyrénéen, a été confiée au Muséum d'histoire naturelle de Toulouse où ses congénères Papillon, Palouma et Cannelle sont déjà présentés dans l'exposition "Ours, mythes et réalités"jusqu'au 3 août.

Par Michel Pech

Labellisée d'intérêt national, cette exposition particulièrement réussie a déjà attiré plus de 108.000 visiteurs. Elle devait normalement s'achever le 30 juin
mais a été prolongée de plus d'un mois.
"La dépouille (de Balou) vient d'être confiée au Muséum d'Histoire Naturelle de Toulouse", a annoncé mardi la direction de l'établissement dans un communiqué. Elle a cependant souligné qu'il faudrait attendre la fin de l'enquête pour que cette attribution soit définitive.

VIDEO / le reportage de François Ollier au Muséum de Toulouse
Quel avenir pour la dépouille de Balou ?


Balou
Balou, ours slovène introduit dans les Pyrénées en 2006, a été retrouvé mort le 9 juin sur les hauteurs de Melles (Haute-Garonne), vraisemblablement victime d'une chute, selon la préfecture, mais les résultats de son autopsie n'ont pas encore été rendus publics.
Étant donné l'état de la dépouille, seul le squelette de cet ours de 11 ans a pu être conservé, a précisé un porte-parole du Muséum.

Autopsie sous oeil d'expert
L'autopsie du plantigrade avait été réalisée le 12 juin à l'école nationale vétérinaire de Toulouse en présence de deux enseignants-chercheurs, dont le professeur Jacques Ducos de Lahitte qui avait réalisé les précédentes autopsies des ours bruns décédés dans les Pyrénées.
Étaient également présents cinq représentants de la Direction régionale environnement aménagement et logement (Dréal) et de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), selon l'école vétérinaire.

Papillon et Canelle
Le squelette de Papillon, mort édenté à l'âge vénérable de 29 ans, est actuellement visible en entier au Muséum. Quant à Cannelle, tuée en 2004 par un chasseur, elle apparaît telle qu'elle était, sa dépouille ayant été conservée par taxidermie selon des procédés exceptionnels pour un animal d'une telle taille.
Les ours menaçaient de totalement disparaître en France dans les années 90. Leur population a été renforcée grâce à des lâchers d'ours slovènes dans le massif pyrénéen en 1996, 1997 et 2006.
En 2013, on comptait au moins 24 ours dans les Pyrénées, côtés français et espagnol.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus