Sécheresse : le Stade Toulousain, le TFC, Colomiers Rugby et TO13 obtiennent des dérogations afin d'arroser leurs terrains

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sylvain Duchampt .

Les quatre clubs professionnels de rugby et de football de Haute-Garonne ont demandé l'autorisation de pouvoir arroser leurs terrains d'entraînement, malgré l'interdiction d'arrosage des terrains sportifs depuis le 9 août. Une dérogation obtenue sous conditions.

La décision de la préfecture de Haute-Garonne va satisfaire les fans de sports. Peut-être moins les autres. Malgré l'interdiction d'arrosage des terrains sportifs depuis le 9 août, les services de l'Etat viennent d'accorder une dérogation à quatre clubs professionnels, le Colomiers Rugby, le TFC, le Toulouse Olympique XIII et le Stade toulousain.

Après examen attentif de la situation précise de chacune des infrastructures considérées et en se fondant sur des recommandations nationales, le préfet de la Haute-Garonne leur a accordé une dérogation dans les limites suivantes : l'arrosage n'est autorisé que de 20h à 8h et en amont des rencontres se déroulant dans le cadre d'une compétition officielle sur les seuls terrains d'honneur. Les clubs se sont engagés à mettre en œuvre l'ensemble des mesures à leur disposition pour limiter la consommation d'eau opérée à l'occasion de ces arrosages qui sont faiblement consommateurs d'eau.

Préfecture de Haute-Garonne

Communiqué de presse, vendredi 12 août 2022

Question de sécurité

Le président de Colomiers, Alain Carré parle de son côté d'une dérogation pour arroser "uniquement sur deux terrains : un d'honneur (le stade) et un d'entraînement."

Mais pour le patron du club de pro D2, cette dérogation était plus que nécessaire notamment pour des questions de sécurité : "par rapport aux joueurs mais aussi par rapport aux blessures éventuelles. Ce sont des blessures qui peuvent se révéler graves sur des terrains durs comme du béton. Il y a aussi les risques de brûlures qu'il ne faut pas oublier.

L'appui de la mairie de Colomiers

Outre deux terrains du stade Michel-Bendichou qui pourront être arrosés, le Colomiers Rugby va aussi bénéficier de deux autres terrains arrosés à Capitany. La municipalité ayant elle aussi obtenu une dérogation pour arroser. Habituellement, il faut entre 25.000 et 30.000 litres d’eau pour arroser un terrain de 800 mètres carrés chaque jour.

"Quatre terrains de sport columérins sont actuellement arrosés a minima, sur les treize que compte la commune, détaille Philippe Briançon, Adjoint à Mme le Maire délégué au Sport et à la vie associative et citoyenne dans un communiqué de presse. Ils sont arrosés de nuit, avec un niveau d'eau 60% inférieur au niveau habituel. Si nous n'effectuions pas ces arrosages, le coup de remise en état serait de 80 000 à 100 000 euros par terrain."

Quelle solution pour l'avenir ?

Dans un tel contexte, la mairie de Colomiers s'interroge pour l'avenir : "Nous menons en parallèle une réflexion pour la transformation de certains terrains en terrains synthétiques, indique Arnaud Simion, 1er Adjoint à Mme le Maire, également dans un communiqué de presse. "Nous disposons déjà d'une expérience en la matière avec un terrain synthétique au sein du Complexe sportif de Capitany, tandis que certains clubs de Pro D2 ont également fait le choix du synthétique : la canicule, que nous affrontons cet été et qui perdure, nécessite que nous étudions cette solution."

Contactés le Stade Toulousain, le TFC et le TO13, n'étaient pas en mesure de se positionner au moment de la publication de ce papier.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité