Législatives 2024. "Cette population agricole accorde ses voix davantage aux Républicains et à d'autres partis" Décryptage du vote des agriculteurs avec un sociologue

C'est parti pour 15 jours de campagne avant les élections législatives des 30 juin et 7 juillet prochains. Dans les 26 circonscriptions de l’ex Midi-Pyrénées, 170 candidats briguent un poste de député. Quel sera le poids du vote des agriculteurs lors de ce scrutin ? Décryptage avec François Purseigle, sociologue des mondes agricoles à l'Institut National Polytechnique de Toulouse.

À moins de 2 semaines du premier tour des élections législatives anticipées et après une large victoire du Rassemblement National, se pose la question du poids du vote des agriculteurs, de plus en plus tentés par le RN.

Une étude réalisée par le Cevipov/Sciences Po a été réalisée au lendemain du scrutin des Européennes et elle s'est intéressée tout particulièrement au monde agricole, ses attentes et son vote. On y apprend que les agriculteurs ne sont pas forcément acquis à la cause du Rassemblement National. L'un de ses auteurs, François Purseigle, sociologue des mondes agricoles à l'Institut National Polytechnique de Toulouse, était ce midi, l'invité d’Ici 12/13 sur France 3 Occitanie. On décrypte la situation avec lui.

France 3 Occitanie : Le vote RN flambe en zone rurale, c'est ce qui s'est passé lors des dernières Européennes. Peut-on dire que le parti de Marine Le Pen gagne des électeurs dans le monde agricole ?

François Purseigle : Pas forcément parce que le monde rural ne se confond pas avec le monde agricole. On l'a vu dans une enquête que nous avons réalisée avec le centre de recherche de Sciences Po Paris. Les ruraux pensaient aller voter pour Jordan Bardella à la veille de l'élection européenne à hauteur de 33 à 34%. Les agriculteurs eux étaient plus en retrait.

Alors certes, ils accordaient de manière importante leur voix à Jordan Bardella, du moins en intention de vote, mais en deçà du reste des ruraux et surtout de l'ensemble des Français. Donc, on voit bien que ça reste un isolat électoral, cette population agricole, encore aisément repérable en ce sens qu'elle attribue ou qu'elle souhaite accorder ses voix davantage aux Républicains et à d'autres partis.

France 3 Occitanie : Alors justement, est-ce qu'ils ne vont pas se retrouver orphelins ou déstabilisés au vu de la situation que traversent les Républicains aujourd'hui ?

François Purseigle : Oui mais ils n'attendent pas que des réponses de la part des politiques. Ils attendent que les états-majors puissent aussi apporter des solutions. On voit bien qu'un certain nombre de partis politiques est dans l'incapacité à apporter des solutions à un monde qui est profondément éclaté, a un monde qui est perdu, mais d'une certaine manière pas pour les mêmes raisons qu'un certain nombre de ruraux. On a des partis comme le Rassemblement National qui s'adressent à des franges de la population agricole mais pas forcément à l'ensemble de la population agricole. Notamment les jeunes effectivement. La sensibilité au vote RN est plus forte chez les jeunes agriculteurs que dans le reste de la population agricole.

Est-ce à dire qu'ils vont se tourner vers des candidats RN dans les circonscriptions au moment des législatives ? Rien n'est moins sur car ils attendent des réponses concrètes et pas forcément un programme fourre-tout et on voit bien que le rassemblement national peine à apporter des solutions à l'ensemble de ces agriculteurs. Il en appelle à l'exception agriculturelle, il en appelle au souverainisme et au même moment à la libéralisation des marchés. Donc on a quand même un Rassemblement National qui a du mal à apporter des réponses, qui correspondent à l'ensemble des crises agricoles et rurales.

France 3 Occitanie : On se souvient de cette crise agricole, qui a été très forte ici en Occitanie. Est-ce qu'aujourd'hui, il y a un programme qui parle plus aux agriculteurs qu'un autre ?

François Purseigle : Non. On s'est intéressé aux programmes à Sciences Po Paris et on se rend compte que la plupart des partis s'adressent finalement à des clientèles, des segments : les écologistes aux agriculteurs bio, les socialistes aux agriculteurs plutôt en circuit court, les LR plutôt à des formes entrepreneuriales d'agriculture.

Alors, c'est vrai on a un Rassemblement national, qui cherche à capter l'ensemble de ces segments. Mais comme les autres partis politiques, il peine aujourd'hui à construire un projet et un programme pour une agriculture de plus en plus éclatée.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité