Vendredi 14 juin 2024, les candidatures dans les différents camps se dessinent. A gauche, le Nouveau Front Populaire a ainsi révélé sa répartition par formation dans chaque circonscription et annonce un moratoire sur les grands. A droite, le bras de fer juridique est engagé au sein de Les Républicains entre pro et anti accord avec le Rassemblement national.

Vendredi 14 juin, l'information bruisse dans les rangs de la gauche. Carole Delga a-t-elle accepté dans le cadre du programme du Nouveau Front Populaire, un moratoire sur l'A69 ? C'est ce qu'affirment les opposants au projet autoroutier entre Castres (Tarn) et Toulouse (Haute-Garonne).

Il est en effet indiqué dans le programme de la gauche unie que sera "décréter un moratoire sur les grands projets d'infrastructures autoroutières". 

Logiquement, celle en construction dans le sud du Tarn devrait être concernée. Mais dans l'entourage de la présidente d'Occitanie ont souligne qu'aucune "précision" n'est apportée sur les projets concernés....

Les candidats de la gauche en Ariège seront socialistes

La gauche va dévoiler vendredi son programme commun du "Nouveau Front Populaire" pour les législatives. Mais elle a tout d'abord présenté sa carte de la répartition des circonscriptions par formation. La France insoumise obtient 229 investitures, le Parti socialiste 175, les écologistes 92 et le Parti communiste 50. Le PS se taille la part du lion dans le sud-ouest. En Occitanie, LFI et les écologistes sont très présents à Toulouse (Haute-Garonne) et les socialistes dans les territoires urbains.

D'ailleurs en Ariège, les deux circonscriptions sont attribuées aux socialistes. Logiquement les députés sortant Martine Froger et Laurent Panifous devraient être les candidats désignés comme le suggère cette publication de Carole Delga.

De quoi faire grincer des dents l'ancien député LFI Michel LArive ayant revendiqué dès le 10 juin d'être le candidat de l'union de la gauche sur ce territoire. 

Carayon candidat, vers l'exclusion ?

La gauche affiche son unité, loin des fractures des Républicains où un nouveau bureau politique a validé l'exclusion d'Eric Ciotti qui conteste cette décision devant la justice. Selon Julien Nény "l’exclusion de Guilhem Carayon a été réclamée et sera débattue lors d’une prochaine réunion".

Guilhem Carayon a confirmé vendredi à Castres sa candidature sur la 3e circonscription du Tarn avec le soutien Rassemblement national.

Toujours selon le journaliste politique de France Télévisions, au bureau politique du 14 juin, "2 membres n’ont pas voté pour l’exclusion d’Eric Ciotti, mais pour des raisons opposées : Alain Joyandet (favorable à un accord avec Macron) et Brigitte Barèges (soutien de la ligne Ciotti)." 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité