Les jeunes migrants, qui avaient trouvé refuge dans un gymnase, expulsés au petit matin, les associations se mobilisent

Les jeunes migrants, qui avaient trouvé refuge depuis le 23 février dans un gymnase du centre-ville de Toulouse, ont été expulsés, vendredi 1er mars 2024. L'opération a duré moins d'une heure. Les associations sont sur place.

Ils se savaient menacés. Les jeunes migrants, d'origine africaine ont été expulsés du gymnase Saint-Sernin dans lequel ils avaient trouvé refuge il y a une semaine après avoir été délogés de leur squat de la faculté de Rangueil.

Dans un communiqué, envoyé à la presse, la préfecture de Toulouse a choisi d'appliquer la décision de justice introduite par la mairie. Le 28 février le tribunal administratif de Toulouse avait ordonné à l'ensemble des occupants de libérer sans délai le bâtiment public.

Les 116 migrants ont donc été délogés par les forces de l'ordre. L'opération a duré 45 minutes. Les associations sont sur place et se mobilisent en faveur de ces jeunes.

Sur le réseau X (anciennement Twitter), jean Luc Moudenc s'est félicité d'une expulsion "sans heurts ni violence". Le maire de Toulouse qui reconnaît que "le problème de fond reste entier" et demande à "chacun de prendre ses responsabilités".