• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Les réfugiés Syriens menacés d'expulsion demandent une réquisition de l'immeuble qu'ils occupent dans le quartier des Izards à Toulouse

Plus de 150 Syriens, réfugiés à Toulouse, sont assignés en justice. / © Karine Pellat/France 3 Midi-Pyrénées
Plus de 150 Syriens, réfugiés à Toulouse, sont assignés en justice. / © Karine Pellat/France 3 Midi-Pyrénées

Des familles de réfugiés syriens, menacées d’expulsion par le bailleur social Habitat Toulouse demandent au Préfet et au Premier ministre de réquisitionner l'immeuble désaffecté du quartier des Izards qu'elles occupent depuis le mois de mars.

Par Laurence Boffet

Dans une lettre adressée le 11 décembre au Préfet de la Haute-Garonne, les familles de réfugiés syriens installées dans un immeuble des Izards depuis le mois de mars dernier lui demandent de réquisitionner les lieux qu'elles occupent illégalement, "en raison de l'urgence et du risque de détresse sociale".

Ces familles ont trouvé refuge depuis le mois de mars dans des logements vides voués à la démolition par leur gestionnaire, Habitat Toulouse. Le bailleur social a saisi la justice pour demander leur expulsion et le tribunal d'instance de toulouse a plusieurs fois reporté sa décision. Dans un communiqué publié ce lundi, l'avocate des familles, maitre Agnès Casero souligne la nécessité de prendre en charge ses familles : "après plusieurs années d'exode, elles demandent de bien vouloir leur accorder une stabilisation de quelques mois de leur situation permettant notamment aux Pouvoirs publics sanitaires et éducatifs de soigner les cas les plus urgents en particulier les enfants et d’éviter les hachures des traitements sanitaires et scolaires qui sont entraînés par des déménagements et hébergements situés dans des départements éloignés". Elle souligne par ailleurs qu'en cette période de trêve hivernale, "Toulouse habitat se livre à la destruction des logements vacants" et qu'"aucune offre de délai n'est faite et de nouvelles assignations pour expulsion sont en cours de délivrance".



A lire aussi

Sur le même sujet

Mende : les agriculteurs et les lycéens se joignent au mouvement des gilets jaunes

Les + Lus