Les salariés d'Air France se sont rassemblés ce vendredi matin à Toulouse, à l'appel de l'intersyndicale CGT-FO-UNSA-SUD. Une manifestation en soutien aux 6 salariés poursuivis pour violences après les débordements qui avaient interrompu le le comité central d'entreprise du groupe le 5 octobre.

Les salariés d’Air France Industrie Toulouse se sont rassemblés ce vendredi matin à l’appel de leurs représentants CGT-FO-UNSA-SUD devant le site du groupe à Blagnac. Ils sont venus dire leur soutien aux salariés poursuivis pour avoir arraché leurs chemises à deux dirigeants du groupe en marge du CCE du groupe le 5 octobre dernier. Ils sont venus aussi pour dire non au plan de restructuration prévu dans l'entreprise.

Dans un communiqué, l'intersyndicale dénonce une "chasse aux sorcières opérée par la justice et la direction d’Air France, sous les ordres du premier ministre Manuel Valls". Avant d'ajouter : "nous ne pouvons tolérer que nos collègues et camarades, soient traités tel des terroristes".
Les manifestants réclament la levée des sanctions et la fin des poursuites judiciaires. Ils disent surtout non aux licenciements prévus dans le groupe : "nous ne pouvons accepter que le gouvernement se rende au chevet d’une direction qui démantèle Air France à des fins financières, alors qu’il fait la sourde oreille aux syndicats d’Air France, lorsqu’il est sollicité pour intervenir dans la gestion de l’entreprise en tant que premier actionnaire".