• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Levothyrox : le procès de l'action de groupe contre le laboratoire Merck fixé au 1er octobre 2018

illustration / © Arnaud Journois, Max PPP
illustration / © Arnaud Journois, Max PPP

Le procès de l'action collective engagée par un cabinet d'avocats toulousains devant la justice civile contre le laboratoire Merck, dans l'affaire du Levothyrox, aura lieu le 1er octobre 2018, a annoncé le tribunal d'instance de Lyon ce mardi matin.

Par Laurence Boffet

Lors d'une courte audience de mise en état, destinée à fixer le calendrier de la procédure, le tribunal d'instance de Lyon a fixé au 1er octobre 2018 le procès au civil engagé par un groupe de malades contre le laboratoire Merck. Il a ajouté que la date-limite pour le dépôt des dossiers de plaintes était fixée au 15 février.

Une action collective 

Le 24 octobre dernier, l'avocat toulousain des plaignants, Christophe Lèguevaques, avait assigné Merck à Lyon, où le groupe allemand a son siège français, en déposant les 108 premiers dossiers de cette action collective. Lancée en septembre via la plateforme MySmartCab, elle vise à obtenir une indemnisation rapide pour ces malades de la thyroïde, victimes d'effets indésirables liés, selon eux, à la nouvelle formule du Levothyrox.
"Aujourd'hui plus de 500 assignations ont été déposées au tribunal et 2.000 autres sont en attente de l'être", avait indiqué avant l'audience à maître Lèguevaques, qui pense rassembler "entre 3.000 et 5.000 patients en procédure".

Réparation des préjudices moraux et préjudice d'angoisse

L'avocat réclame pour chacun une indemnité forfaitaire de 10.000 euros pour la réparation des préjudices moraux, soit 5.000 euros pour le défaut d'information et 5.000 euros pour le préjudice d'angoisse.
Voir ici les explications d'Amélie Poisson :
Levothyrox : le procès de l'action de groupe contre le laboratoire Merck fixé au 1er octobre 2018
Une action collective avec pas moins de 500 parties civiles representées par l'avocat toulousain Christophe Leguevaques a été engagée devant le TGI de Lyon contre le laboratoire Merck qui commercialise le Levothyrox.  - Amélie Poisson
Cette action se distingue de l'enquête pénale instruite par le pôle santé du TGI de Marseille, où d'autres plaintes ont été déposées.
A Toulouse et à Saint-Gaudens, en Haute-Garonne, des malades ont par ailleurs déjà assigné le laboratoire Merck en justice pour obtenir réparation et le retour de l'ancienne formule du Levothyrox. Ils ont obtenu une première victoire à Toulouse le 14 novembre 2017 mais le laboratoire a fait appel de sa condamnation. 

Une nouvelle formule controversée

En France, trois millions de personnes prennent du Levothyrox, prescrit pour corriger une hypothyroïdie. Leur fabricant, le laboratoire Merck a mis sur le marché une nouvelle formule du médicament en mars 2017 sans informer les médecins et donc les malades. Certains d'entre eux ont ressenti depuis des effets secondaires importants, entraînant parfois de graves troubles physiques. 

Sur le même sujet

Gilets jaunes : ambiance "bon enfant" à Aimargues dans le Gard

Les + Lus