Levothyrox : nouvelle assignation du laboratoire Merck à Saint-Gaudens

Une quarantaine de plaignants poursuivent le laboratoire Merck devant le tribunal civil de Saint-Gaudens (31). / © Pascale Lagorce / France 3 Occitanie
Une quarantaine de plaignants poursuivent le laboratoire Merck devant le tribunal civil de Saint-Gaudens (31). / © Pascale Lagorce / France 3 Occitanie

Après avoir été condamné le 14 novembre dernier par le tribunal de grande instance de Toulouse à devoir fournir sur présentation d'une ordonnance l'ancienne formule du Levothyrox à 25 plaignants, le laboratoire Merck est de nouveau assigné devant la justice ce lundi, à Saint-Gaudens (31). 

Par Laurence Boffet

Une quarantaine de patients souffrant des effets secondaires de la nouvelle formule du Levothyrox ont demandé ce lundi au juge des référés de Saint-Gaudens d'ordonner au laboratoire Merck de leur fournir en urgence l'ancienne formule du médicament. Le 14 novembre dernier, le tribunal de grande instance de Toulouse, saisi par 90 personnes avait donné raison à 25 d'entre elles, condamnant le laboratoire à leur fournir l'ancienne formule du levothyrox sur présentation des ordonnances, sous astreinte de 10000 euros par jour. Ce dernier a fait appel. 

Un préjudice d'anxiété

Déjà représentant des plaignants lors de l'audience à Toulouse, l'avocat Jacques Lévy a de nouveau évoqué à Saint-Gaudens un "scandale sanitaire", soulignant que ses clients "souffraient le martyr et ne savaient pas pourquoi". Il a assuré que la France était le seul pays européen ayant "fait modifier ce médicament". Il a aussi réclamé aussi une indemnisation de 12 000 euros pour chaque malade au titre du préjudice d'anxiété.

Comme à Toulouse, l'avocat du laboratoire Merck, Antoine Robert, a soulevé l'incompétence du tribunal de grande instance de Saint-Gaudens, estimant que seule la justice administrative est compétente dans ce domaine et non pas les juridictions civiles. Il a demandé le rejet de la demande des plaignants, soulignant qu'"aujourd'hui, l'agence du médicament a indiqué qu'il existait cinq alternatives thérapeutiques, y compris un générique"et a indiqué à l'audience que le laboratoire a l'autorisation d'importer 200 000 boîtes de l'ancienne formule du Levotyrox. Elles arriveront en France le 15 décembre. 
Le tribunal de grande instance a mis son jugement en délibéré au 26 décembre 2017. 

C'est cette formule du Levothyrox que réclament les plaignants devant le tribunal de Saint-Gaudens (31). / © Pascale Lagorce / France 3 Occitanie
C'est cette formule du Levothyrox que réclament les plaignants devant le tribunal de Saint-Gaudens (31). / © Pascale Lagorce / France 3 Occitanie

Une action collective engagée en octobre

Mené par Christophe Lèguevaques, un collectif d'avocats toulousains a également engagé une action de groupe contre le laboratoire Merck. Elle regroupe déjà plusieurs milliers de dossiers. 108 d'entre eux ont été déposés le 25 octobre 2017 devant le tribunal d'instance de Lyon. L'audience est fixée le 19 décembre prochain.

Une nouvelle formule controversée

En France, trois millions de personnes prennent du Levothyrox, prescrit pour corriger une hypothyroïdie. Leur fabricant, le laboratoire Merck a mis sur le marché une nouvelle formule du médicament en mars 2017 sans informer les médecins et donc les malades. Certains d'entre eux ont ressenti depuis des effets secondaires importants, entraînant parfois de graves troubles physiques. 

Une mission d'information sur les médicaments

Cette crise du Levothyrox a donné naissance à une mission d'information sur les médicaments. Officialisée ce lundi par le ministère de la Santé, elle est co-présidée par une représentantante des associations de patients, Magali Leo et par le médecin et chroniqueur radio Gérald Kierzek. "La mission rendra son rapport, avec ses propositions, avant le 31 mai 2018", indique le ministère dans un communiqué, en précisant que ses travaux ont débuté ce lundi. "Cette mission doit permettre d'identifier des moyens innovants et plus performants de délivrer aux usagers et aux professionnels de santé une information claire et accessible sur sur l'ensemble des médicaments", ajoute le ministère, indiquant qu'elle se basera sur "l'exemple du déficit d'information sur le changement de formule du Levothyrox, dont elle pourra proposer une analyse".

Six semaines sans chauffage ni eau chaude pour les locataires d'un immeuble HLM de Decazeville

Près de chez vous

Les + Lus