LGV Toulouse-Paris : une victoire juridique pour les opposants au projet

Le premier TGV qui teste la nouvelle ligne Nîmes-Montpellier / © Oc'via / Youtube
Le premier TGV qui teste la nouvelle ligne Nîmes-Montpellier / © Oc'via / Youtube

Les opposants à la LGV Toulouse-Paris remportent une victoire juridique. Le tribunal administratif de Toulouse remet en cause les aménagements ferroviaire au nord de Toulouse. Des aménagements nécessaires à la création de la ligne grande vitesse. 

Par Laurent Dubois

En juin 2017, le tribunal administratif de Bordeaux a annulé une déclaration d'utilité publique liée au Grand Projet du Sud Ouest. La justice bordelaise a remis en cause des aménagements ferroviaires en pointant une absence de plan de financement. Un an plus tard, ce lundi 18 juin 2018, les juges toulousains "retoquent" une autre déclaration d'utilité publique (DUP). Elle porte sur des travaux au Nord de Toulouse. Des travaux ferroviares nécessaires à la création de la LGV Toulouse-Paris. 

Le tribunal administratif de Toulouse a été saisi par une association, Alternative LGV. Son président, Raymond Girardi, a réagi au micro de France Bleu Occitanie, et parle d'une "très belle victoire".

Après le coup de couperet du tribunal administratif de Bordeaux, l'Etat a annoncé un pourvoi en appel. Le même scénario risque de se reproduire après la décision du juge toulousain. 


Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus