Lumières sur le Quai : une 9e édition qui « joue avec le feu » !

« Jouer avec le feu », c’est le thème de la 9e édition du festival « Lumières sur le Quai ». Du 20 octobre au 5 novembre, cet événement, proposé par le Quai des Savoirs, vous invite à déambuler le long des allées Jules-Guesde à Toulouse pour découvrir une série d’installations, expositions et animations mêlant l’art et la science. [Partenariat]

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Chaque automne, le festival Lumières sur le Quai revient pour vous proposer d’éclairer un sujet sous différents angles, en croisant les disciplines et les regards des grands témoins scientifiques et artistiques de notre époque.

Pendant deux semaines, le Quai des Savoirs vient à votre rencontre, directement dans la rue, et vous propose d’explorer les différentes installations et expositions placées sur les allées Jules-Guesde ou accrochées aux grilles des jardins publics à Toulouse.

« Jouer avec le feu », un thème provocateur ?

Quand on repense aux incendies qui ont une fois de plus ravagés les quatre coins de la planète cet été, l’humanité considère-t-elle encore le feu comme son ami ? Laurent Chicoineau, directeur du Quai des Savoirs nous en dit plus à ce sujet : "C’est une réalité en effet, nous devons nous habituer à vivre avec ces incendies de forêt à répétition, dont certains deviennent incontrôlables, et qu’on appelle les « mégafeux ». Ils sont à la fois des conséquences du changement climatique, et aussi, hélas, un accélérateur de ce changement."

Un thème pleinement abordé dans l’exposition Feux, mégafeux, dont le festival Lumières sur le Quai signe la fermeture, le 5 novembre prochain. Il précise : "En résonance avec cette thématique – et aussi avec un brin de provocation – nous avons choisi l’accroche Jouer avec le feu afin de ne pas nous priver de la dimension spectaculaire, utile et récréative du feu. Oui, le feu ça peut brûler, mais ça éclaire aussi, ça chauffe, ça nous permet de cuisiner, de nous rassembler, d’avancer, de rêver aussi… Tant qu’il reste sous contrôle, le feu présente bien des avantages."

De la cuisson à la propulsion, des arts de la table à l’industrie spatiale… Lumières sur le Quai vous invite cette année à renouer avec "la fantastique inventivité technique qui a conduit les humains à mettre au point des technologies basées sur la combustion."

Qui sont les nouveaux Prométhée d’aujourd’hui ?

Au sens figuré, le festival propose un clin d'œil au mythe de Prométhée, ce titan qui vola le feu aux dieux pour le donner aux humains et ouvrir la porte au progrès technique et à la connaissance.

"Au-delà du feu, c’est toute la question des savoirs et de leurs usages qu’illustre ce mythe." explique Laurent Chicoineau, "Car avec le feu, les humains vont prendre en main leur destin et souvent dépasser leurs limites naturelles ; ils vont aussi devoir faire face aux conséquences de leurs actes. En ce début de XXIe siècle, nous savons avec certitude que nos modes de vie depuis deux siècles ont conduit à un changement climatique d’une rapidité jamais observée dans toute l’histoire de notre planète et à une extinction massive de nombreuses espèces vivantes, animales et végétales. On peut s’interroger aujourd’hui : est-ce de nouveaux Prométhée dont nous avons besoin ? Les savoirs sont-ils nécessairement transgressifs et doit-on encore les développer quoi qu’il en coûte, au détriment des conséquences que l’Histoire a révélées tout au long du XXe siècle ? Pourquoi ne pas essayer d’imaginer d’autres récits des sciences en société et créer de nouveaux mythes pour nous projeter dans des futurs plus désirables que ceux de la fuite en avant ?"

Une installation « rougeoyante et chaleureuse »

"L’Installation de feu" de la Compagnie Carabosse clôturera en beauté le festival du Quai des Savoirs, les 3 et 4 novembre de 18h à 21h.

À mi-chemin entre spectacle et installation plastique, vous serez invité à déambuler au Jardin Royal, pour découvrir une scénographie "accueillante et poétique, rougeoyante et chaleureuse" co-créé par Bart Dubois : "Le repérage s’effectue toujours à deux personnes du pôle artistique. À Toulouse, l’installation pouvait se tenir au Jardin des Plantes ou au Jardin Royal. Nous avons eu un coup de cœur pour ce dernier, dont nous avons tout de suite aimé le relief, l’ouverture et le plan d’eau. Pendant deux jours, nous avons parcouru l’espace de long en large. La plus grande partie de l’écriture s’est faite à ce moment-là. La création s’adapte toujours au lieu et à l’environnement. De retour à l’atelier, on a tout mis sur plan et formalisé les besoins techniques."

Depuis 35 ans, la compagnie Carabosse enflamme les lieux publics avec des créations éphémères. Ce collectif d’artistes regroupe concepteurs, scénographes, musiciens et bricoleurs qui mettent leur poésie au service des créations de feu qu’ils conçoivent.

Lorsqu’à la tombée de la nuit, flammes à la main, nous allumons une à une chaque structure, tout prend sens, la vision artistique est partagée.

Les Carabosses

C’est dans leur atelier, situé dans l’ancienne laiterie du village de Saint-Christophe-sur-Roc dans les Deux-Sèvres, que les constructeurs coulent les pots de feu et tordent le fer pour créer des structures métalliques originales.

En tout, l’installation comptera 850 pots de feu et 150 bougies qui seront allumés et manipulés par les "Carabosses" : "Lorsqu’à la tombée de la nuit, flammes à la main, nous allumons une à une chaque structure, tout prend sens, la vision artistique est partagée."

 

Finalement, la magie et la science ne seraient-elles pas plus liées que l’on ne l’aurait imaginé ?

France 3 Occitanie est partenaire du festival Lumières sur le Quai