• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Magyd Cherfi dans la première liste du Goncourt : “Je suis sur le cul !”

Magyd Cherfi / © Max PPP
Magyd Cherfi / © Max PPP

Le nouveau roman du parolier et chanteur de Zebda Magyd Cherfi "Ma part de Gaulois", qui retrace son parcours d'enfant des quartiers nord de Toulouse, a été retenu dans la 1ère sélection de 16 romans pour le Goncourt 2016. "Je suis sur le cul ! C'est magnifique !", a-t-il confié à France 3

Par Vincent Albinet

"Je suis sur le cul. C'est magnifique. C'est un petit plaisir rare" : ce sont les premiers mots qui sont venus à Magyd Cherfi lorsqu'il a appris mardi dans l'après-midi que son nouveau roman "Ma part de Gaulois" était retenu dans la première sélection de 16 romans en lice pour le plus prestigieux prix littéraire du monde francophone. 

Le chanteur et parolier de Zebda n'a alors pas immédiatemment pensé aux siens, mais "à l'équipe d'Actes sud qui défend ce bouquin et qui me défend depuis le début en me disant : Magyd, il y a des écrivains et il y a toi". "Comme si, explique Magyd Cherfi, j'étais une sorte de supplément en tant qu'homme, en tant que citoyen et porteur d'idées. C'est un vrai baume au coeur. Je le sens".

Et pour fêter la bonne nouvelle ? "Avec ma femme, on va se faire un bon petit thé à la menthe !".

Un bon petit thé à la menthe pour fêter l'un des événements de la rentrée littéraire. Un récit sur la France, la langue, les banlieues, le désordre des identités, les violences faites aux femmes.

"Ma part de Gaulois" raconte l'année du baccalauréat du petit Beur du quartier toulousain des Izards. Ce bac, qui est une formalité pour les Français. Mais un événement pour l’“indigène” Magyd, fils d'immigrés kabiles analphabètes. En décrochant le premier bac arabe de la cité, il devient aussi celui qu'on regarde désormais comme l'homme qui marche sur la lune.

C'est aussi le le début des soucis. Dans la cité, Magyd devient le traître. Celui qui est passé de l'autre côté, qui "conjugue bien ses phrases". Ce qui lui vaut de prendre des baffes. Parce-qu'il est bon élève.

La "part de Gaulois" de Magyd Cherfi, en cette année 1981 du grand rendez-vous manqué entre la banlieue, les Beurs et la gauche au pouvoir, c'est donc celle d'un Beur coinçé entre ses amis d'enfance et son envie d'érudition. Comment concilier l'amour des lettres et ne pas laisser tomber les copains de la rue ? Quelle langue utiliser ? Comment résoudre cette névrose de l'identité ? 

Autant de questions que Magyd Cherfi abordera jeudi 8 septembre à 18 heures à la médiathèque Cabanis avec ses lecteurs toulousains lors d'une rencontre organisée par la librairie Ombres Blanches.

Sur le même sujet

"Essai clinique sauvage" : plutôt une "étude scientifique" pour Henri Joyeux

Les + Lus