Manifs et spectacle de Dieudonné: Toulouse sous haute surveillance ce samedi

Une manifestation pour dénoncer des inscriptions homophobes, antisémites et néo-nazies, un rassemblement pour défendre "la fraternité républicaine" et un spectacle de Dieudonné: Toulouse fait l'objet ce samedi d'une vigilance toute particulière des forces de l'ordre

L'une des inscriptions sur les murs de l'Université Toulouse 1 contre lesquelles une manifestation et un rassemblement sont organisés
L'une des inscriptions sur les murs de l'Université Toulouse 1 contre lesquelles une manifestation et un rassemblement sont organisés © F. Carbonnel / Twitter
Le premier rassemblement débute à 14H30 devant l'un des bâtiments du centre visés la semaine passée par une série de croix gammées et d'inscriptions antisémites et homophobes.

A 19H30, le Crif et la Licra appellent à se rassembler devant la préfecture pour protester contre la venue de Dieudonné, qui donne la version édulcorée de son spectacle controversé à 20H30 au Zénith.

"On a pris des dispositions de sécurité publique pour que tout cela se déroule dans cet équilibre entre d'une part la liberté d'expression et d'autre part le respect de la vie publique et de l'ordre public", a déclaré le préfet Henri-Michel Comet. Ces dispositions, "elles sont claires, même si je ne peux pas les dévoiler. Ce n'est pas une journée tout à fait habituelle ni anodine, sachant qu'au surplus, le lendemain, il y a un match à risque de football", a ajouté le préfet, en référence à la rencontre de L1 opposant le TFC au Paris SG.

Une compagnie de CRS, en plus des unités de la police toulousaine, sera à pied d'oeuvre pour "empêcher" des heurts, a-t-on appris de source policière.

La première manifestation samedi est organisée à l'appel notamment d'Arc-en-Ciel, association de défense des homosexuels en Midi-Pyrénées. Un bâtiment accueillant un centre LGBT (lesbiennes, gays, bi- et transsexuels), le local de campagne du candidat du Parti de gauche aux municipales, celui du Front de gauche, un cinéma art et essai, l'entrée de l'Université Toulouse 1 Capitole et un cimetière avaient été tagués de croix gammées, de croix celtiques, emblèmes de l'ultra-droite, et d'inscriptions s'en prenant aux juifs, aux homosexuels ou aux francs-maçons.
Plusieurs organisations et partis parmi lesquels Act Up, la Ligue des droits de l'homme, le Parti de gauche, EELV se sont associés à cette manifestation. Le maire socialiste Pierre Cohen a annoncé qu'il participerait tout en précisant ne pas cautionner le contenu de l'appel à manifester. Celui-ci imputait au gouvernement et à ses "reculs" une part de responsabilité dans les agissements du week-end dernier.

En fin d'après-midi, le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) et la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra)
organisent un rassemblement devant la préfecture "pour la défense de la fraternité républicaine" et protester contre la venue de Dieudonné. Devant le risque de trouble à l'ordre public mis en avant par la préfecture lors d'une réunion mercredi, le Crif et la Licra ont renoncé à aller à la rencontre des fans de Dieudonné sur le parking du Zénith. Les deux organisations avaient pris la décision d'aller au-devant de ces spectateurs, après la diffusion sur internet de la photo d'un homme faisant une "quenelle" devant l'école juive où Mohamed Merah a assassiné un enseignant et trois enfants juifs en mars 2012.
"Le Crif et la Licra vont exprimer leur indignation devant la préfecture à un moment qui ne crée pas de trouble exceptionnel à l'ordre public par rapport au
spectacle (...) Pour l'instant, je n'ai pas de motif d'interdiction du spectacle", a indiqué le préfet.
Dieudonné présente actuellement en tournée son spectacle "Asu Zoa", une version édulcorée de son one man show "le Mur" qui avait été interdit dans plusieurs villesfrançaises en raison de sa tonalité antisémite.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société politique