Meurtre de Martine Escadeillas en 1986 à Toulouse : Joël Bourgeon condamné à 20 ans de réclusion criminelle

Publié le Mis à jour le
Écrit par Marie Martin

La cour d'assises de Haute-Garonne, après près de quatre heures de délibéré, a condamné Joël Bourgeon à vingt ans de réclusion pour le meurtre de Martine Escadeillas, jeune secrétaire disparue en 1986 dans l'agglomération de Toulouse et dont le corps n'a jamais été retrouvé.

Il a nié les faits tout au long de son procès devant la cour d'assises de Haute-Garonne mais après près de quatre heures de délibéré, Joël Bourgeon a été condamné à vingt années de réclusion criminelle, ce mercredi 6 juillet 2022. 
C'est la première condamnation dans ce qu'il est convenu d'appeler un cold case : une affaire non résolue pendant de nombreuses années. 

Martine Escadeillas, une jeune secrétaire âgée de 24 ans, disparaît le 8 décembre 1986, après avoir déposé son compagnon Thierry à un arrêt de bus, aux alentours de 8h30. La jeune femme rentre ensuite à son domicile de Ramonville, près de Toulouse (Haute-Garonne). Personne ne l'a jamais revue.
Rapidement, très rapidement, l'enquête s'oriente vers un homicide, d'importantes traces de sang ayant été retrouvées dans la cage d'escalier de l'immeuble où vit la jeune femme et son compagnon.

Longtemps, l'enquête piétine. Malgré le témoignage de certains voisins. L'hypothèse de la culpabilité de Joël Bourgeon est envisagée mais faute de preuves, les enquêteurs balaient largement. Jusqu'à Patrice Alègre, le tueur en série qui sévit dans la ville rose au même moment.

L'affaire rebondit en 2016, quand une proche de la famille Escadeillas adresse un courrier au procureur de la République de Toulouse. Elle y fait part de ses soupçons concernant Joël Bourgeon, le désignant même comme l'assassin potentiel de Martine Escadeillas. Pour elle, Joël Bourgeon, un ami de Martine et de son compagnon, était secrètement amoureux de la jeune femme, connaissait parfaitement l'immeuble et possédait un double des clés de l'appartement du couple.

Une ancienne compagne de Joël Bourgeon raconte aux enquêteurs qu'au début de leur relation, l'homme lui demandait de se coiffer comme la victime, dont il enviait la vie de couple.

Joël Bourgeon est interpellé le 22 janvier 2019. Rapidement, l'homme avoue. Ce jour-là, il s'est rendu au domicile de Martine Escadeillas pour lui relater l'infidélité supposée de son compagnon et lui avouer ses sentiments. La jeune femme l'aurait éconduit, une violente dispute s'ensuit. Mais 33 ans après les faits, il se révèle incapable de dire ce qu'il a fait du corps. Et surtout, il va se rétracter par la suite.

Durant son procès devant la cour d'assises de Haute-Garonne, il n'a cessé de clamer son innocence, dénonçant des pressions des enquêteurs pour lui faire avouer l'impossible. 
Ce soir, les jurés n'ont pas suivi les plaidoiries de ses défenseurs qui réclamaient l'acquittement. Joël Bourgeon a été condamné à vingt ans de prison.