Meurtre de Toulouse: la jeune femme serait morte d'une fracture du crâne

La jeune femme découverte morte dans une malle de plastique dans un appartement du centre de Toulouse serait morte d'une fracture d'un crâne, selon des éléments d'autopsie publiés mercredi par le procureur de la République de Toulouse.

Les pompiers ont pénétré dans l'appartement de la victime par ce vélux sur le toit
Les pompiers ont pénétré dans l'appartement de la victime par ce vélux sur le toit © France 3
"Les premières conclusions de celle-ci (l'autopsie) révélaient que le décès pouvait résulter d'une fracture du crâne", lit-on dans un communiqué du procureur.
"Des analyses complémentaires, dont des expertises anatomo-pathologiques et toxicologiques, étaient ordonnées afin d'obtenir des éléments plus précis portant sur les causes, les circonstances et la date du décès", est-il encore indiqué.

Rappel des faits
Les pompiers avaient été alertés par des proches de cette jeune femme de 23 ans lundi soir après qu'elle n'eut plus donné de ses nouvelles depuis une dizaine de jours. Entrés par un velux dans son studio situé dans un immeuble de la rue Merly en plein centre de Toulouse, ils y avaient découvert le
corps de la jeune étudiante en position foetale dans une malle en plastique.
"Le cadavre se trouvait dans un état de décomposition avancée", est-il confirmé dans le communiqué qui écarte un démembrement du corps.
"En raison de l'état du corps, l'identification formelle de la victime restait subordonnée à la réalisation d'analyses ADN bien qu'il soit hautement probable
qu'il s'agisse en effet de la jeune femme locataire de l'appartement", précise le procureur.

Vidéo : le reportage de Juliette Meurin et Thierry Villéger
durée de la vidéo: 01 min 14
Un cadavre dans une malle


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter