Mise à mort des animaux, risque sanitaire et impact environnemental : un abattoir autorisé à reprendre son activité après mise aux normes

Depuis plus d'un mois, l'abattoir de Boulogne-sur-Gesse (Haute-Garonne) avait perdu son agrément sanitaire entraînant sa fermeture, sur décision préfectorale. Les services de l'Etat, au vu des modifications apportées par l'exploitant, ont décidé de donner leur feu vert pour sa réouverture.

La vingtaine de salariés de l'abattoir de Boulogne-sur-Gesse et les éleveurs du Comminges et des alentours respirent.

Par décision du 15 mai 2024, Pierre-André Durand, préfet de la région Occitanie, préfet de la Haute-Garonne, a autorisé la reprise d’activité de cet abattoir.

Des travaux réalisés

Dans le collimateur des autorités sanitaires depuis plusieurs mois, la sanction était tombée suite à une décision du 9 avril qui a provoqué la fermeture de l'abattoir boulonnais le 12 avril.

Les élus s'étaient alors mobilisés, notamment la présidente de la communauté de communes Cœur et coteaux du Comminges qui avait demandé un réexamen de cette décision au préfet. La Société des Abattoirs du Boulonnais et la Communauté de Communes avait engagé des recours gracieux auprès du préfet de la Haute Garonne, et un contentieux auprès du tribunal administratif de Toulouse.

Dans un communiqué, la préfecture indique : "... l’exploitant a mis en œuvre des actions correctives et transmis des éléments justificatifs pour assurer des conditions d’abattage désormais conformes aux exigences réglementaires. Ces exigences visent à maîtriser le risque sanitaire, les conditions de mise à mort des animaux et l’impact environnemental."

De quoi soulager les élus, le personnel et les éleveurs, d'autant que l'abattoir le plus proche (Saint-Gaudens) était en travaux et ne pouvait absorber ce surplus d'activité. 

Bientôt une rénovation profonde

Si les travaux les plus urgents ont bien donné satisfaction pour entraîner la réouverture de l'abattoir, le projet à plus long terme était de changer de zone d'abattage afin d'augmenter le tonnage annuel de l’abattoir à 4500 tonnes, contre 2500 aujourd’hui. Selon la direction de l'abattoir, 170.000 € de travaux ont été engagés depuis 2023 pour mettre l’abattoir au niveau des normes.

Les élus de la communauté de communes Cœur et coteaux du Comminges, propriétaire des abattoirs du Comminges, portent un projet de construction d'une nouvelle halle d'abattage, l'ancienne étant trop compliquée et trop coûteuse à rénover.

Plus de 120 éleveurs commingeois, mais surtout venant du Gers ou des Hautes-Pyrénées, sont concernés par l'avenir de l'établissement boulonnais.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité