Mode d’emploi : on vous explique comment faire pour savoir si votre gel hydroalcoolique est efficace

La lutte contre la propagation du Covid-19 a entraîné une augmentation importante de l’utilisation de produits désinfectants. Problème, tous les gels hydroalcooliques ne sont pas efficaces contre le coronavirus. Comment faire le tri ? Voici le mode d’emploi.

De nombreux gels désinfectants hydroalcooliques ne sont pas conformes selon la Direction générale de la concurrence et de la répression des fraudes (DGCCRF).
De nombreux gels désinfectants hydroalcooliques ne sont pas conformes selon la Direction générale de la concurrence et de la répression des fraudes (DGCCRF). © V.Cebron/MaxPPP
La lutte contre la propagation du coronavirus SARS-CoV-2 a entraîné une augmentation importante de l’utilisation de produits désinfectants. En particulier des produits hydroalcooliques utilisés pour l’hygiène des mains, fortement mis en avant dans les recommandations sanitaires. Problème : tous ne sont pas réellement efficaces contre le Covid. 

On vous explique comment bien choisir son gel hydroalcoolique.Le premier élément à prendre en compte est la teneur en alcool. Selon le Haut Conseil de la santé publique et de l’Agence nationale de sécurité du médicament, il est estimé qu’un produit hydroalcoolique est efficace si le titre en alcool est supérieur à 60% v/v (volume par volume). En dessous de ce pourcentage, votre gel sera inefficace contre le coronavirus. Il nettoie mais ne désinfecte pas.Vous ne trouvez pas la teneur en alcool sur le flacon de votre gel hydroalcoolique et vous avez encore un doute sur son efficacité. Vérifiez donc sa norme. Si la norme EN 14476 y est inscrite, c'est que vous avez le bon produit.  Elle reste l’exigence réglementaire qui permet de garantir l’efficacité virucide de toute solution hydroalcoolique désinfectante destinée à l’hygiène des mains.Toujours pas rassurés ? Vous pouvez pousser vos recherches jusqu'à vérifier les substances actives de votre flacon. Aujourd’hui, 11 substances actives sont approuvées : 5-chloro-2-(4-chlorphenoxy) phénol, hypochlorite de sodium, biphényl-2-ol, chlorocrésol, peroxyde d’hydrogène, iode et PVP iodée, acide lactique L(+), acide peracétique, propan-1-ol et propan-2-ol (appelé également isopropanol).D'autres éléments peuvent encore vous aider. Si vous lisez "solution hydroalcoolique recommandée par l’Organisation mondiale de la santé pour l’antisepsie des mains" ou "gel hydro-alcoolique pour l’antisepsie des mains - arrêté dérogatoire" sur une bouteille de gel, c'est qu'elle contient une formulation recommandée en France. 
 


73% des produits déclarés non conformes

Ces précautions peuvent vous paraître inutiles mais la Direction générale de la concurrence et de la répression des fraudes (DGCCRF), administration en charge de la protection des consommateurs, a publié dans un communiqué un point d’étape des contrôles menés sur l’efficacité, la sécurité des solutions et gels hydroalcooliques, dans lequel elle indique :

"En date du 12 novembre 2020, plus de 180 prélèvements ciblés de solutions et gels hydroalcooliques ont été réalisés. 73% des produits analysés à ce jour ont été déclarés soit non conformes (38%) soit non conformes et dangereux (35%).

Plus précisément :
Les produits identifiés comme non conformes ou dangereux font l’objet de mesures de retrait ou de rappel.
Les gels hydroalcooliques dont l’utilisation contribue à limiter la propagation de la COVID-19 dans le cadre des gestes barrières est utile lorsque le lavage des mains à l’eau et au savon n’est pas possible.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société