Municipales 2020 : à Toulouse qui soutient qui ?

La bataille est ouverte, le scrutin s’annonce serré. A Toulouse comme ailleurs, il ne peut pas y avoir de campagne « à l’ancienne » à cause du coronavirus. Il faut donc inventer des nouveaux modes. Ou en recycler certains comme l'affichage des soutiens, connus ou pas. Décryptage.
 
Les personnalités qui soutiennent les 2 listes
Les personnalités qui soutiennent les 2 listes

En termes footballistiques, on appelle ça « marquage à la culotte". En rugby ce pourrait être un "maul pénétrant" avec le porteur du ballon et les soutiens derrière. Dans cet affrontement, les 2 listes finalistes pour le Capitole se répondent coup par coup. Il faut trouver le bon angle de tir -quitte à se faire surprendre en contre- pour toucher dans l’en-but adverse et espérer transformer l’essai. Brennus au Capitole à la clef.

"Appel des 150"/ "1 000 Toulousain(e)s, chacun sa liste

Annoncé en difficulté, Jean-Luc Moudenc a mobilisé son équipe ces 15 derniers jours. Avec l’appel du 19 juin où 156 personnalités le soutiennent, le maire sortant soigne son image mais prête le flanc à la critique de ceux qui trouvent qu’il fait de la politique pour ses amis. Il y a des renforts de poids avec quelques piliers du rugby. Sans surprise car c'est le sport emblématique de Toulouse, l’équipe municipale actuelle compte beaucoup de supporters des Rouges et Noirs dont le premier adjoint Jean-Michel Lattes. Pas de révolution car c’est une discipline sportive qui pèse plutôt à droite.

En bon nombre aussi, des personnalités de la restauration et du commerce toulousains. La crise des Gilets Jaunes et celle du COVID sont passées par là.

Nous sommes des citoyens libres qui nous engageons pour créer des emplois, pour la prospérité de Toulouse. Commerçants, restaurateurs, innovateurs, indépendants, entrepreneurs, sportifs de haut niveau : au-delà de nos sensibilités politiques personnelles très diverses, contribuer à la réussite de notre ville que nous aimons est ce qui nous rassemble. 

Un espèce de comité de soutien de l’ancien monde dont ne voulait pas le camp d’en face. Antoine Maurice se démarque avec une dynamique à l’horizontale chère à Archipel Citoyen. On y retrouve bien une joueuse du Stade Toulousain (la capitaine Roxane Bilon) mais peu de noms clinquants. « 1000 Toulousaines et Toulousains du quotidien » appellent à voter pour la liste.

Contrairement au comité de soutien lancé par Mr Moudenc, ce ne sont pas les « notables de la ville » – quasiment que des hommes d’ailleurs -, ( et surtout les amis de Monsieur le Maire qui le soutiennent à chaque élection) mais les « personnalités du quotidien » et elles/ils n’ont rien à leur envier !

Magyd Cherfi
Magyd Cherfi © Comic Strop Production

Des citoyens et une liste soucieux d’écologie, de solidarité et d’équilibres, dans une tradition d’accueil et d’hospitalité.

Suffisant ? Sans doute pas car depuis, des personnalités sont venues apporter leur soutien à la liste Archipel Citoyen.

Des personnalités

Côté gauche, alors que la tête de liste PS et vice-présidente de la région Occitanie Nadia Pellefigue dit timidement qu’elle votera bien pour la liste de gauche, le doute subsistait sur le choix de la présidente de région. Hier lundi 22 juin, Carole Delga s’est affichée avec Antoine Maurice.

Ce mardi 23 juin, des politiques nationaux sont venus à Toulouse pour nourrir les rangs de soutien : Noël Mamère (EELV), Benoît Hamon (Génération’s), les députées Clémentine Autain (FI) et Valérie Rabault (PS) ou encore l’ajoint à la maire de Paris Ian Brossat (PC).

Côté culture, les ex-Zebda Magyd Cherfi et Mustapha Amokrane sont sur la liste des 1000 soutiens, avec le metteur en scène François Fehner, le musicien Hervé Suhubiette ou encore l’écrivain médecin Baptiste Beaulieu. On y retrouve également l’économiste Geneviève Azam et deux ténors du barreau toulousain : Christophe Lèguevaques et Christian Ételin.

© FTV

Pour Jean-Luc Moudenc, le monde du rugby toulousain est entré dans la mêlée. Guy Novés, René Bouscatel ou encore les emblématiques Thomas Castaignède, Vincent Clerc, Grégory Lemboley, Yohan Huget et Maxime Médard sont de la partie.

Figure aussi un ancien rugbymen du Castres Olympique et ...N°2 sur la liste de Nadia Pellefigue. Michel Lacroix a annoncé qu’il voterait pour Jean-Luc Moudenc. L’ancien maire de Blagnac Bernard Keller et actuel vice-président de Toulouse Métropole a fait de même. Dernier renfont avec la sénatrice PRG de Haute-Garonne Françoise Laborde. La Famille Baudis (la femme de l'ancien maire Isabelle et leurs 2 enfants Benjamin et Pierre) est aussi sortie du silence.

On y retrouve également des noms bien connus de la restauration : le chef doublement étoilé Pierre Lambinon, le président du syndicat hôtelier de la Haute-Garonne (UMIH 31) Ivo Danaf. L’avocat pénaliste Simon Cohen et le footballeur et ex-entraîneur du TFC Alain Giresse complètent le banc.

Des soutiens gênants ?

L’actuel maire de Toulouse a reçu le soutien officiel de l’Association Culturelle Franco-Turque de Toulouse (ACFTT). L’ACFTT est rattachée au DITIB, l’organisation de l’Islam officiel Turc de France. DİTİB est l’abréviation de Diyanet İşleri Türk İslam Birliği, qui signifie l’Union Turco Islamique des Affaires Religieuses. En apparence, rien de génant car le DITIB promeut des actions citoyennes et humanitaires de terrain, la co-construction, ceci pour mieux vivre ensemble.

Mais cette organisation est rattachée au Diyanet, ministère des Affaires religieuses de la République de Turquie. Cette puissante administration est le relais en Europe des Frères Musulmans et de l’AKP du président Erdogan. Le chef d’état turc a toujours fait de la religion un fondement du pouvoir. Il s’agirait désormais pour la Turquie de prendre en main le destin des musulmans d’Europe. Le DITIB gère plus de 270 lieux de cultes en France (dont Toulouse).

Le porte-parole de Jean-Luc Moudenc, Pierre Espuglas confirme une rencontre du maire avec la communauté turque "comme avec d’autres communautés le dimanche 21 juin. Une rencontre catégorielle avec des chefs d’entreprises mais pas seulement." Il n’empêche que le soutien de l’ACFTT peut se révéler un peu encombrant pour l’hôte du Capitole au moment où la tension vient encore de monter entre Macron et Erdogan. Rappelons qu'il y a des membres de La République en Marche sur la liste de Jean-Luc Moudenc.

Côté Archipel, on n’est pas à l’abri non plus. L’Union des Démocrates des Musulmans Français (UDMF) prend position dans les municipales à Toulouse et appelle à faire barrage à Jean-Luc Moudenc. Même si elle prétend le contraire, cette organisation est elle aussi proche des Frères Musulmans. L’UDMF est qualifiée de dangereuse par les services de renseignements français. A Toulouse, ses membres ont constitué une liste qui a recueilli... 120 voix seulement ! Son représentant toulousain, Mhamdi Taoufik, demande de barrer la route à Jean-Luc Moudenc et donc de voter pour Antoine Maurice. Un soutien inutile et embarrassant.

Des soutiens à la marge qui c’est sûr, auront peu d’incidence sur le vote de dimanche. Au-delà de ces cas anecdotiques, peut-on croire que les prises de positions des uns et des autres -personnalités ou simples citoyens- auront le pouvoir de faire pencher la balance d’un côté ou de l’autre ?

Dans le sport en général comme en politique, ce n’est pas toujours le meilleur qui remporte la partie. Même quand il a pu compter sur des supporters nombreux et fervents.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections