Cet article date de plus de 4 ans

Non remplacement des enseignants et suppression des Atsem : les 2 chevaux de bataille de la rentrée de la FCPE Midi-Pyrénées

La Fédération des Conseils de Parents d'Elèves (FCPE) de Midi-Pyrénées annonce ses 2 principaux fronts de mobilisation pour la rentré 2016 : le non remplacement des enseignants absents et la suppression des agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (ATSEM).
© MaxPPP
La FCPE fait elle aussi sa rentrée 2016. Et c'est le moment où la première fédération de parents d'élèves de l'académie de Toulouse choisit pour exprimer son inquiétude à la fois sur la question du remplacement des enseignants absents et sur celle de la suppression des ATSEM dans les classes maternelles. 


LA SITUATION PREOCCUPANTE DU NON-REMPLACEMENTS DES ENSEIGNANTS ABSENTS :

"Les moyens en termes de postes sont encore aujourd’hui insuffisants pour résoudre le problème des remplacements", s'alarme la FCPE.

"Nos adhérents sur le terrain ne comprennent pas que, malgré les annonces de postes en création depuis quelques années, leurs enfants puissent encore rester plusieurs jours, voire plusieurs semaines, sans enseignant, et ce parfois dès la rentrée !".


Au mois de juin dernier, une enquête avait été lancée par la fédération de parents d'élèves auprès des collèges et des lycées de Haute-Garonne afin d’établir un bilan des non-remplacements sur l'année scolaire 2015-2016. Et selon les données transmises par les établissements ayant accepté de communiquer les informations, le bilan est, selon la FCPE "catastrophique et démontre que la situation ne semble pas s'améliorer".

En faisant abstraction des semaines perdues en juin pour cause d'examen (entre 2 et 4 semaines de cours dans les collèges et lycées), l’enquête montre un taux de non remplacement qui s’élève en moyenne à 7-8%, avec des situations variables d’un établissement à l’autre.

"La FCPE sera particulièrement vigilante sur ce point car pour la réussite de tous les élèves, il est primordial que toutes les heures de cours prévues soient assurées durant l’année scolaire. Dans le cas contraire, les heures de cours privés vont encore augmenter cette année comme cela a déjà été le cas l’année dernière", prévient la FCPE.


MAINTENIR UN ATSEM PAR CLASSE MATERNELLE TOUTE LA JOURNEE :


Autre préoccupation forte de la FCPE en cette rentrée scolaire 2016 : la présence, aux côtés des enseignants, d’adultes pour assurer l’accueil en milieu scolaire,  ATSEM, Assistants d’éducation (AED), Auxiliaires de vie scolaire (AVS), Conseiller principal d’éducation (CPE), assistantes sociales…

La FCPE se dit inquiète de "la suppression des postes d’ATSEMs dans certaines écoles maternelles ou encore le manque d’AVS et de personnel d’encadrement dans les établissements du secondaire".

Les Auxiliaires de vie scolaire (AVS), le personnel d’encadrement (surveillant, CPE, assistantes sociales…) ou encore les adultes référents en milieu scolaire "jouent un rôle central en termes de prévention, d’accueil, d’intégration… pour favoriser la réussite de tous les élèves", rappelle la fédération de parents d'élèves. Or, souligne-t-elle, "le bilan de l'année scolaire 2015-2016 est catastrophique pour ce qui est de la prise en charge dans les établissements scolaires des élèves en situation de handicap".

Il y a pour la FCPE un manque d’Auxiliaires de vie scolaire (AVS) pérennes et réellement formés. "Le département de la Haute-Garonne, par exemple, n’a jamais connu une telle pénurie d’AVS", développe-t-elle. "De nombreux enfants en situation de handicap, reconnue par la MDPH et bénéficiant d'une notification d'AVS en CDAPH, n'ont pas pu bénéficier d'un accompagnement, faute de recrutement".

Du coup, la FCPE annonce qu'elle fera ses chevaux de bataille de bataille autant de  la question du recrutement des AVS que de celle des ATSEM. 

Les suppressions de postes d’ATSEM observées dans les communes "fragilisent un maillon important de notre système scolaire que sont les classes de maternelle", dénonce la FCPE, qui rappelle qu'au printemps dernier les mobilisations des parents à Quint Fonsegrives et à Toulouse avaient permis de conserver un ATSEM par classe toute la journée.

Pour cette rentrée, la campagne « Touche pas à mon ATSEM » va donc se poursuivre, via l’application #Ouyapasdatsem, diffusée par la FCPE 31 et accessible sur smartphone, pour permettre aux parents de déclarer les non-remplacements d'ATSEM ou la suppression de postes.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
rentrée scolaire éducation société région occitanie